Actualités

IMG

La nouvelle saison commence le 7 novembre 2018 avec « je t’écrirai des lettres d’amour », lecture théâtralisée d’après l’oeuvre de Gloria Carreno. Co-production Compagnie Mosaïque/ Les pieds  dans le plat.

La totalité du programme culture hiver 2018-2019

 

La souscription est ouverte

Depuis plusieurs années des membres de l’association Trait d’Union travaillent à la rédaction de deux ouvrages sur la guerre de 14. Leur parution est imminente. Pour vous permettre d’en profiter aux meilleurs tarifs, pensez à souscrire. Bulletin de souscription.

Couverture Lettres souscrip-BR

Cette publication est en fait une réédition de deux livres sur les Poilus, imprimés en 1917 et 1922. Il s’agit d’abord de l’opuscule intitulé Lettres de Béarnais à la Guerre et qui a pour sous-titre Les neveux de l’oncle Paul. En effet ces jeunes d’Oloron avaient adopté Paul Bouderon comme oncle puis en tant que Parrain, durant la guerre de 14. Parmi ces soldats, l’épistolier le plus fécond est un écrivain, un avocat, du nom de Marie-Georges Ferron. Ambulancier, entre deux sauvetages de blessés et entre deux conseils de guerre, il réussira à boucler une chronique de sa guerre, ironiquement intitulée Un secteur calme. L’historien Pierre-Louis Giannerini est l’auteur de la présentation et des notes. Les artistes Bernard Audoin et Pierre Castillou sont les créateurs de la soixantaine de dessins originaux et inédits qui agrémentent ce nouvel ouvrage.

Livre de 200 pages, format 240 x 210, dessins originaux,photos et cartes. parution novembre 2018.

couverture souscrip-BR

Jeunes ou plus âgés, fils, frères, époux, pères, ils furent mobilisés par milliers. Durant de longues années, ils connurent l’inconfort des tranchées, les combats sans raisons, la douleur des blessures, la peur de la mort sous l’orage d’acier. 327 Oloronais sont inscrits sur le monument aux morts, sur les plaques commémoratives, ou dans le livre d’or. Cet ouvrage veut leur rendre hommage en mettant une histoire, un visage sur leurs noms. Année après année, de la Marne au Chemin des Dames, de Verdun à la Somme, les histoires de ces Poilus nous permettent de suivre le déroulement du conflit. Débutant par une évocation d’Oloron à la veille de la guerre, il raconte aussi la conscription et l’après-guerre avec notamment l’histoire mouvementée du monument aux morts.

Ce livre est le fruit d’un long travail de recherche réalisé sous la direction d’Anne Giannerini par M. C. Estallo, M. C. Hourcade, C Larrouy, C. Lataillade et C.Yvart.

Livre de 350 pages, format 240 x 280, photos et cartes. Parution janvier 2019

3e Transpyrénalia

colloque décembreLa Municipalité d’Oloron et l’association Trait-d’Union vont, pour la troisième fois, organiser les Transpyrénalia. Il s’agit de rencontres internationales sur la civilisation médiévale en Aragon et en Béarn.
La première avait eu lieu au Parlement de Navarre à Pau en l’an 2000, la deuxième s’était tenue à Oloron-Sainte-Marie en 2005.
La programmation établie cette année et la date du colloque universitaire découlent du 900e anniversaire de la prise de Saragosse, le 18 décembre 1118, par Gaston vicomte de Béarn et Alphonse roi d’Aragon.
Il est vrai que cette période a été cruciale pour le monde méditerranéen et que les Pyrénéens étaient souvent en première ligne. Ainsi Gaston IV s’illustra en 1099 lors de la prise de Jérusalem et, en 1118, aux côtés d’Alphonse Ier, devant les murailles de Saragosse. La cité de l’Ebre était tenue par les Berbères Almoravides du Maroc qui étaient venus prêter main-forte à leurs frères musulmans en difficulté.
Confrontations donc mais aussi influences réciproques, échanges et parfois même coexistence pacifique avec les musulmans et les juifs de la Péninsule Ibérique. En effet, au niveau artistique, les chrétiens des Pyrénées vont adopter, dans les églises de Sainte-Croix d’Oloron et de L’Hôpital-Saint-Blaise, certaines formes de l’art musulman comme les claustras et surtout les coupoles nervurées. En Aragon, les églises, à partir de la seconde moitié du XIIe siècle, seront construites en briques par les architectes arabes ou berbères restés sur place, les Mudéjars.
Enfin, Oloron a vu naître, à cette époque bénie pour son patrimoine, non pas une mais deux églises romanes remarquables grâce à un mécène d’exception, Gaston IV le Croisé.
Durant la journée du 22 septembre et le colloque des 14 et 15 décembre nous aurons le plaisir d’accueillir les meilleurs spécialistes de cette époque, notamment un Américain, Peter Scott Brown qui a présenté sa thèse de doctorat devant la prestigieuse université de Yale (New Haven, Connecticut). Son sujet : Le portail de la cathédrale Sainte-Marie d’Oloron. Sa communication, le 14 décembre, sera pour nous Béarnais, comme la cerise sur le gâteau.

1ère journée le 22 septembre 2018
Conférences, auditorium du CIAP, entrée libre et gratuite

15h00 : Le Djihad andalou des Almoravides (1106-1142), Vincent Lagardère, professeur d’arabe et d’histoire, université de Bordeaux III et Lyon Lumière II.

16h00 : Les coupoles nervurées de Torres del Rio, Almazan, Oloron et l’Hôpital-Saint Blaise,  Javier Martinez de Aguirre, professeur d’histoire de l’Art, Université Complutense de Madrid.

17h00 : Gaston IV de Béarn et Tancrède de Hauteville à la première Croisade : acteurs historiques et personnages uchronique, Ugo Bellagamba, professeur du droit et des idées politiques, Université de Nice.

Colloque universitaire 14 et 15 décembre 2018

Le programme  : colloque 14 et 15 décembre

Plus de renseignements par la page contact