Ouverture de la nouvelle saison le 7 novembre 2018

———————————————————————————————–

CONFÉRENCE DU MERCREDI

28 mars à 18h30 auditorium du CIAP,à proximité de la Médiathèque

Oloron-Sainte-Marie, l’art de la place, la place de l’art.

Pierre-Louis Giannerini, historien, Etienne Lavigne et Vincent Ducare, architectes du patrimoine

la place St-Pierre à Oloron. Photo Claude Roux 1962.©mairie d'Oloron-Ste-Marie

La place St-Pierre à Oloron. Photo Claude Roux 1962.©mairie d’Oloron-Ste-Marie

Oloron-Sainte Marie est par excellence la cité des places aux formes et à l’architecture remarquables. Il y en a une bonne quinzaine dans la zone historique. Certaines sont liées à la construction des églises romanes ou des ponts , d’autres sont nées avec l’expansion de nouveaux quartiers à l’époque moderne, enfin, les dernières sont contemporaines. Deux places emblématiques ont été lourdement transformées au XIXe siècle, d’autres sont devenues de vulgaires parkings à la fin du XXe siècle. Les conférenciers s’attacheront à reconstituer l’histoire de toutes ces places, mais aussi tenteront d’évoquer des pistes pour rendre à certaines d’entre-elles leur identité et leur sociabilité. La conférence prendra souvent de la hauteur grâce aux magnifiques photos aériennes de Claude Roux. Ces dernières permettront à tous de mieux comprendre un urbanisme si particulier et si merveilleusement adapté à un site de confluence.

CONFÉRENCE DU MERCREDI

 21 mars à 18h30 salle Louis-Barthou

Ossau avant l’Histoire : Les sites de la conquête progressive et durable de la montagne par l’Homme, depuis le bassin d’Arudy

Geneviève Marsan, docteur en préhistoire et conservatrice du Patrimoine, responsable du musée d’Ossau

 Le bassin d’Arudy constitue un site pyrénéen majeur d’occupation des hommes préhistoriques, tous chasseurs-cueilleurs pratiquant une économie de prédation (chasse, pêche, cueillette) pendant près de 10 millénaires, à la fin des temps glaciaires et au début des temps postglaciaires. Leurs successeurs du Néolithique et de l’Age des métaux, qui peu à peu, vont défricher  la forêt et pratiquer une économie de production (agro-sylvo-pastorale), ont laissé de nombreux vestiges de cette appropriation définitive sur l’ensemble de la vallée : basse, moyenne et haute montagne.

Geneviève Marsan qui a réalisé de nombreuses prospections, sauvetages et fouilles en Pyrénées occidentales, et plus particulièrement en Ossau nous amènera à la découverte des plus singuliers d’entre eux. La définition et la signification culturelle et chronologique de ces monuments et sites que sont les dolmens, grottes sépulcrales, tumuli, cercles de pierre et blocs gravés, répartis sur tout l’espace ossalois, proposeront un autre regard sur les paysages parcourus  à l’occasion de randonnées pédestres.

Benou_CromlechDans le prolongement de sa conférence, Geneviève Marsan nous guidera sur le sentier aménagé pour la découverte des principaux sites protohistoriques du plateau du Benou en Bilhères en Ossau. Ces ensembles de cercles de pierres sont connus depuis le 19ème siècle. L’abbé Chateauneuf, curé de Bielle les découvre, Georges Laplace, préhistorien en dresse un premier inventaire en 1947, Geneviève Marsan effectue en 1974 l’inventaire détaillé du site d’Accaüs, le plus important et y pratique les premières fouilles. Depuis d’autres mégalithes ont été identifiés et des publications ont vu le jour. Nous terminerons l’après-midi au musée d’Arudy par la visite des vitrines d’archéologie dans lesquelles sont présentés les résultats des fouilles.

Rendez-vous le samedi 24 mars à chapelle de Houndas à 14h. Se munir de bonnes chaussures et d’un bâton. Inscription obligatoire.

CONFÉRENCE DU MERCREDI

 14 mars à 18h30 salle Louis-Barthou

Les idées politiques d’Albert Camus

Francis Cha, professeur de Sciences Economiques et Sociales à la retraite

 Albert CamusNé en 1913 en Algérie, Albert Camus était romancier (l’Etranger, la Peste, la Chute, le Premier homme….), philosophe (Le Mythe de Sisyphe, l’Homme révolté…), prosateur (l’Envers et l’Endroit, Noces , l’été …), dramaturge (Etat de siège , Caligula, les Justes … ), journaliste et éditorialiste (à Alger républicain, à Combat, à l’ Express). Il fut aussi un militant engagé dans les questions politiques et sociales de son époque. En 1935, il entre au Parti Communiste Algérien dont il est exclu en 1937. Il s’engage dans la Résistance en 1943. Il est rédacteur en chef du journal « Combat » à la Libération. Sympathisant de l’extrême gauche non communiste, il participe aux luttes sociales et politiques de l’après-guerre. La parution de « L’homme révolté » en 1951 accentue encore le fossé qui le séparait des communistes et  entraîne la rupture avec Sartre dont il était l’ami depuis la guerre. Hostile à l’indépendance de l’Algérie, il essaie de promouvoir une trêve civile en Algérie en 1956 en demandant au FLN de cesser les attentats et au gouvernement français, la torture et les exécutions. Prix Nobel de littérature en 1957, il meurt dans un accident de voiture en1960.

ATELIER DU LUNDI : CHANSONS TÉMOINS

12 mars à 18h30 salle L. Barthou

Francis Cha, professeur de Sciences économiques et sociales

De 1920 aux années 60 

Dans les années 20-30, on chantait l’empire colonial français (« Ma petite tonkinoise »), l’émancipation féminine (« Elle s’était fait couper les cheveux »). Pendant l’occupation,  certains écoutaient « Maréchal, nous voilà ! », d’autres, « le Chant des partisans ».  Plus tard, des chansons décrivirent l’horreur de la guerre (« Nuit et brouillard » de Jean Ferrat, « Elle s’appelait Sarah » de Jean Jacques Goldman)  et critiquèrent les guerres coloniales (« Le déserteur de Boris Vian », « Parachutiste » de Maxime Le Forestier).

CONFÉRENCE DU MERCREDI

7 mars à 18h30 salle Louis-Barthou

Sur les pas de Fébus à Arudy

Jean-Pierre Dugène, docteur en histoire et spécialiste des pierres gravées

 Si l’on consulte la liste des « ostaus » autrement dit : les maisons du dénombrement de 1385 pour Gaston Fébus, l’énumération semble un peu aléatoire. Or en parcourant cette liste pour la communauté d’Arudy, on y trouve une logique. Celle-ci est le résultat d’un parcours fait par les dénombreurs, rue par rue, en partant du haut du village. Différents documents comme le terrier de 1681 ou le premier cadastre napoléonien permettent de situer quasiment l’ensemble des 85 maisons de l’époque. On comprend que la densification de l’habitat est postérieure à cette fin du XIVe siècle. On constate aussi une grande stabilité pour ces demeures familiales avec l’arrivée de nouvelles maisons liées à la maison-mère sur le « casau » voisin. C’est ce que nous montrera la projection de Jean-Pierre Dugène.

ATELIER DU LUNDI : CHANSONS TÉMOINS

5 mars à 18h30 salle L. Barthou

Francis Cha, professeur de Sciences économiques et sociales

Beaumarchais disait « En France, tout finit par des chansons ». La chanson a effectivement accompagné les grands événements de notre vie politique. Venez écouter et fredonner les chansons qui ont marqué l’histoire de France.

Des origines à 1920

Sous l’Ancien Régime, la chanson était le reflet de l’opinion publique. « Qu’est-ce qui se chante au Pont Neuf ? » se demandait-on à la cour. La Révolution se déroula au son de « La Marseillaise »,  du « Chant du départ », de la « Carmagnole » et du « ça ira ».  La commune de Paris, en 1871, nous laissa « l’Internationale », « La semaine sanglante », « Le temps des cerises ».  La fin du siècle grâce aux libertés obtenues dans la République vit l’épanouissement d’un répertoire riche et varié. Les chansons patriotiques, « Vous n’aurez pas l’Alsace et la Lorraine », « Le régiment de Sambre et Meuse », « En avant les p’tits gars »,  préparaient la revanche de 1871 contre l’Allemagne. La guerre de 14-18 nous laissa « La Madelon » mais aussi des chansons pacifistes : « La chanson de Craonne », la « Butte Rouge ».

 

MERCREDI 28 FEVRIER

18h30 salle Louis-Barthou

Un Béarnais en Afrique australe ou l’extraordinaire destin d’Eugène Casalis

Marie-Claude Barbier, maître de conférences honoraire de l’Ecole Normale Supérieure de Cachan, spécialiste de l’Afrique du sud et auteure d’un ouvrage sur E. Casalis

un-bearnais-en-afrique-australe-ou-l-extraordinaire-destin-d-eugene-casalis-de-marie-claude-mosimann-barbierLe 21 novembre 1812, naissait à Orthez dans une famille huguenote Eugène Casalis dont rien ne laissait prévoir qu’il jouerait un rôle de premier plan au Basutoland (aujourd’hui Lesotho), où il établit une première mission protestante. Envoyé par les missions évangéliques de Paris dans la province du Cap en 1832, Eugène Casalis allait devenir, par un concours inattendu de circonstances, l’ami et le conseiller particulier de Moshoeshoe, roi des Bassoutos à qui il tint lieu de ministre des Affaires étrangères. Ses affinités intellectuelles avec Moshoeshoe et son statut particulier de citoyen d’un pays non impliqué dans les conflits locaux permirent la mise en place entre lui et le souverain d’une exceptionnelle collaboration fondée sur une relation de confiance. En plus de son œuvre d’évangélisation, Casalis transcrivit la langue des Bassoutos et contribua au développement économique du pays, tout en aidant le roi à structurer son royaume, à fédérer son peuple et à composer avec les autorités anglaises pour résister à l’expansionnisme des Boers. Le résultat fut la création d’une entité autonome qui devint le royaume indépendant du Lesotho, enclave inattendue au milieu de l’Afrique du Sud, dont le roi actuel est le descendant direct de Moshoeshoe.

FRANCE 2 / A la découverte du Lesotho : 6 jours dans les pas d’Eugène Casalis

 

CONFÉRENCE DU MERCREDI

 14 février 2018 à 18h30 salle Louis-Barthou

Bordeaux et le commerce Atlantique, premier port de France au XVIIIe  siècle

Laurence Gré-Beauvais, archéologue, conférencière des musées nationaux

BordeauxDevenu premier port de France sous Louis XV, avec une population qui triple en un siècle, Bordeaux assure sa prospérité et sa richesse grâce à quatre grands mouvements commerciaux. En premier lieu, elle redistribue depuis Bordeaux, par les fleuves Garonne et Dordogne, les richesses de tout l’arrière-pays du sud-ouest de la France vers les îles à sucre (Poteries de Sadirac, pavés de Barsac, salaisons et fromages, tissages basques et béarnais, vins, eaux de vie, poudre, bois, fers ou chaudière à sucre du Périgord…). Au retour de ce commerce « en droiture » dirigé essentiellement vers Haïti-Saint-Domingue (80%), ses bateaux ramènent dans leur cale : sucre, coton, cacao, café, indigo, épices, etc. Puis dans une troisième phase, ces marchandises stockées dans les entrepôts bordelais, sont revendues au meilleur prix…en Europe…Enfin, le commerce se faisant plus difficile, les armateurs bordelais lanceront 490 expéditions vers l’Afrique participant ainsi à ce commerce triangulaire de triste mémoire,  destiné à stimuler la production sucrière et caféière.Nous essaierons de montrer ce prodigieux essor économique et ses mécanismes. En évoquant aussi les hommes du sud-ouest, car  basques, béarnais, gersois, furent très présents à Saint-Domingue (Jean-Baptiste Ducasse ou Nolivos béarnais, garde béarnaise de Toussaint Louverture), marquant de leur présence les quartiers de l’île, la spiritualité (congrégations religieuses, loges maçonniques (Charlestéguy…)

 

 

 

LES SÉANCES DU JEUDI–Cinéma le Luxor Oloron

 8 février  2018

Profession_Magliari17h30 PROFESSION MAGLIARI

1959, durée : 1h51, Réalisé par Francesco Rosi  , Avec Alberto Sordi, Renato Salvatori, Belinda Lee

C’est un film étrange, qui annonce le cinéma social de Rosi mais la présence détonante de Sordi change complètement la donne. Sordi incarne un italien immigré en Allemagne qui dirige une bande de représentants de commerce ; ils tentent de vendre, avec des méthodes proches de l’escroquerie, étoffes et tapis de mauvaise qualité. Derrière la tragi-comédie parfois burlesque, Rosi propose une réflexion sur le déracinement, le choc des cultures et, finalement, la lutte des classes. Sordi est un bonimenteur hors pair qui, par de longues plages logorrhéiques, met en place un théâtre au service du contrôle mental d’un interlocuteur quelconque. De ce point de vue, l’avant-dernière séquence condense génialement les événements décrits précédemment par le film. Enfin, puisque c’est F.Rosi, le film paye sa dette au néoréalisme dont il constitue une version un peu dégradée.

 

la bande annonce du film et la critique du Monde

ginger et fred 21h GINGER ET FRED

1986,  durée : 2h, Réalisé par Federico Fellini avec Marcello Mastroianni, Giulieta Masina.

Histoire nostalgique de deux vieux danseurs mondains, confrontés à l’inculture, la télévision, la publicité.

A défaut de figurer dans les sommets de la filmographie de Federico Fellini et au-delà des imperfections et des débordements, l’œuvre aide à mieux comprendre le cinéaste et l’homme. Le film est attachant, non pour ce qu’il raconte… mais surtout pour ce qu’on en retient : les deux comédiens paraissent fragilisés… mais ils résistent. Tous les deux sont les plus emblématiques de son œuvre : elle, sa muse et son épouse ; lui, son double magnifique. Ils n’avaient jamais tourné ensemble sous la conduite du maestro. Quand ils montent sur scène à la toute fin, c’est l’enchantement que le spectateur conservera toute sa vie ! Malgré la virulence de la satire, en quittant Ginger et Fred, le spectateur conserve la pureté de son regard.la douceur de son affection. La mémoire oublie le fourmillement cathodique et sa vulgarité mais conserve l’essentiel : la grâce et l’élégance juvéniles de Ginger et Fred… et de Federico.

La bande annonce et la critique de Télérama

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

CONFÉRENCE DU MERCREDI

7 février 2018 à 18h30 salle Louis-Barthou

« Cultiver les lacs » : Une histoire méconnue du peuplement piscicole des lacs d’altitude pyrénéens

 Didier Galop, directeur de recherche au CNRS, Laboratoire GEODE, Université J. Jaurès, Toulouse

Pour la majorité d’entres nous, le peuplement piscicole et la présence de salmonidés dans les lacs de haute montagne semble totalement naturelle. Pourtant ce n’est pas le cas, car la grande majorité des lacs était originellement dépourvue de poissons. Ces derniers (truites locales et espèces exotiques) y ont été progressivement introduits afin de satisfaire selon les périodes aux besoins de l’alimentation, d’un commerce lucratif en direction des stations thermales ou plus récemment d’un tourisme halieutique croissant. Prises dans leur globalité historique et spatiale, ces introductions volontaires représentent une invasion biologique majeure dont les conséquences sur la biodiversité commencent à être reconnues.Deux années de recherches historico-environnementales conduites dans les fonds d’archives, dans la littérature pyrénéiste et naturaliste et auprès des organismes publics permettent d’écrire l’histoire socio-écologique de cette invasion, mais aussi celle de son impact sur les écosystèmes lacustres.  

ATELIER DU LUNDI : ARCHÉOLOGIE

5 février 2018 à 18h30 salle L. Barthou

Grégory Artigau et Cédric Javierre chargés de la promotion,  de l’animation du patrimoine et de l’archéologie locale. Article du journal La République du 2 février 2018

Les fouilles de la rue des Oustalots

L’atelier aura pour but d’expliquer les résultats de la fouille de la rue des Oustalots effectuée en 2017. Il reprendra un bilan général des données archéologiques, expliquera les raisons de l’implantation des sondages sur ce secteur et l’importance d’une continuité de ce type d’opération.

CONFÉRENCE DU MERCREDI

31 Jjanvier à 18h30 salle Louis-Barthou

Les deux abbés Fénelon

Jean Renault, président de l’association de l’Ossau à Katahdin

 Au 19e siècle, plusieurs historiens canadiens ont pensé que l’abbé Fénelon, qui a séjourné en Nouvelle-France et le futur évêque de Cambray, précepteur du duc de Bourgogne, fils de Louis XIV, étaient un seul et même personnage. La réalité est pourtant toute simple : l’abbé de Fénelon et l’archevêque de Cambray, auteur de Télémaque étaient frères consanguins, leur père s’étant marié deux fois. Le premier, né en 1641, fut appelé François, le second, né en 1651, se nommait François Armand. Si François-Armand est connu, son frère l’est beaucoup moins. L’abbé Fénelon vécut totalement ignoré, il mourut en 1679. Pourtant, son aventure en Nouvelle-France mérite d’être connue car elle montre une autre face (la mauvaise?) du caractère des hommes qui gouvernent la Nouvelle-France à cette période.

ATELIER DU LUNDI : ARCHÉOLOGIE

29 janvier et 5 février 2018 à 18h30 salle L. Barthou

Grégory Artigau et Cédric Javierre chargés de la promotion,  de l’animation du patrimoine et de l’archéologie locale.

Chantier de surveillance rue Centulle, quartier Sainte-Croix à Oloron. Ph. G. Artigau

Chantier de surveillance rue Centulle, quartier Sainte-Croix à Oloron. Ph. G. Artigau

Depuis une trentaine d’années et les premières fouilles sur le site de la villa gallo-romaine d’Oloron Goès, nos connaissances sur Oloron, l’antique Iluro, ont été profondément renouvelées. Les divers travaux engagés dans le centre-ville (parkings, lotissements…) associés à une surveillance archéologique de plus en plus intensive et scientifique ont permis non seulement de mettre à jour des vestiges (la tour des remparts, la nécropole de la cathédrale, le quartier artisanal de Guynemer, les thermes de la rue A. Peyré…) mais surtout de cartographier et de définir une zone archéologique à protéger. Un outil indispensable pour la conservation de ce patrimoine. En deux ateliers les archéologues Grégory Artigau et Cédric Javiere reviendront sur les fouilles de sauvetage qu’ils ont effectuées sur Oloron depuis une dizaine d’années et nous exposeront le bilan de celles de 2017.

29 janvier  Les surveillances archéologiques

L’atelier présentera, en trois étapes, un bilan des surveillances archéologiques effectuées entre 2007 et 2017. La première expliquant les données récoltées par Jacques Dumonteil et Daniel Ortéga (avant 2007) et en survolant rapidement les données récoltées lors de fouilles archéologiques préventives. La deuxième, quant à elle, présentera les résultats des surveillances de sauvetages archéologiques effectuées par Javierre et Artigau de 2007 à 2017. La troisième et dernière étape sera un bilan général de l’occupation spatiale de l’agglomération antique grâce à l’accumulation des informations récoltées.

 

CONFÉRENCE DU MERCREDI

24 janvier 18h30 auditorium du CIAP

Réchauffement climatique : discours public, responsabilités et espérances

Guy Aubertin, ingénieur géologue

 Le réchauffement climatique fait l’actualité médiatique à chaque événement météorologique, lors de la tenue des conférences internationales sur le sujet, ou lors des prises de positions de dirigeants politiques. La prise de conscience semble avérée. Nous rappellerons quelques bases théoriques et les principes de l’organisation mondiale pour lutter contre ce fléau et ses conséquences. Nous tenterons d’apporter des réponses à quelques questions. Quels effets pour la Planète ? Que peut-on attendre dans notre région ? Quelles sont les responsabilités des états, de la conférence des nations, des villes, des entreprises ? L’homme, nouvelle force géologique ? Que peut faire le citoyen ? Quelles espérances pour les générations à venir ?

ATELIER DU LUNDI

22 janvier 18h30 salle Louis-Barthou

A la rencontre du Tichodrome échelette, entre le rêve et l’imaginaire

Nicolas Delon, ornithologue, Président du Groupe d’Etudes Ornithologiques en Béarn et Alain Dupuy, photographe, membre du GEOB

tichodromeCet oiseau emblématique des montagnes du Haut-Béarn, l’un des plus fabuleux joyaux de la nature est bien protégé, inaccessible dans l’austérité de l’univers minéral de la haute vallée d’Aspe et de ses falaises verticales. Ce n’est bien souvent qu’aux yeux des plus patients que l’ermite varappeur révèle sa présence en déployant ses ailes incandescentes de phénix, se transformant en papillon géant virevoltant devant la paroi. Sept ans après cette première rencontre fascinante, la passion et les interrogations de Nicolas Delon demeurent. Nicolas et Alain sont des ornithologues passionnés par la photographie animalière qu’ils pratiquent au sein du club-photo Les Art mateurs à Oloron.

 

 

 

CONFÉRENCE DU MERCREDI

17 janvier à 18h30 Salle Louis-Barthou

La pollution due aux hydrocarbures

Bernard Fourcade, ingénieur géologue, consultant international

hydroLes hydrocarbures, après avoir grandement permis les développements économiques du XXe siècle (et aussi quelques guerres), sont aujourd’hui rendus responsables de nombreuses nuisances. Ces nuisances sont aujourd’hui scientifiquement avérées, mais comme toujours, il convient de faire le rapport-bénéfices/préjudices et cela non seulement à l’échelle française mais aussi mondiale. Nous essayerons au cours de cette heure d’expliciter les différents types de pollution, leurs origines, leurs impacts sur les écosystèmes, le climat et les hommes.

Le chatDans la dernière partie, nous verrons quelques-unes des  solutions qui sont proposées par les différents acteurs pour remédier aux préjudices des hydrocarbures explicités plus tôt. À travers ce panorama nous espérons vous donner une meilleure connaissance des enjeux et actions potentielles que les pouvoirs publics et les citoyens peuvent avoir, au niveau énergétique, pour favoriser un développement équilibré, harmonieux  et responsable de nos sociétés humaines au sein d’une planète dont les ressources ne sont pas inépuisables.  

ATELIERS DU LUNDI

 15 janvier 18h30 salle Louis-Barthou

Le retour du bouquetin aux Pyrénées

Jean-Paul Crampe, agent du Parc National des Pyrénées à la retraite et Georges Gonzalez, Comportement et Ecologie de la Faune sauvage, INRA Toulouse

20160831_etagne_de_profil_jordi_estebeVenu de l’Est, le bouquetin n’était aux Pyrénées que depuis le Paléolithique moyen. Les hommes préhistoriques l’ontbouc magnifiquement représenté et consommé en grandes quantités. Puis, ses effectifs ont diminué, jusqu’à disparition totale de la chaîne en 2000. L’idée de soutenir sa présence ici par des lâchers d’individus capturés dans des populations qui prospèrent dans les sierras d’Espagne date d’un bon demi-siècle, mais il a fallu attendre l’extinction pour qu’elle devienne réalité. Un ambitieux programme de collaborations internationales et diverses est en cours  (2014-2022). Les réintroductions dans le Parc National des Pyrénées et dans le Parc Naturel des Montagnes d’ Ariège sont largement médiatisées (http://www.bouquetin-pyrenees.fr.). Au-delà des reportages officiels, nous aurons la chance d’ échanger avec l’artisan opiniâtre du programme, Jean-Paul Crampe, qui a travaillé 25 ans pour réussir et avec Georges Gonzalez, coordinateur du suivi scientifique du programme …et artiste de talent particulièrement inspiré par ces élégantes « chèvres hispaniques ».

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

LES SÉANCES DU JEUDI–Cinéma le Luxor Oloron

 HOMMAGE À ALBERTO SORDI

Personne ne s’étonnerait de consacrer une rétrospective à Marcello .Mastroianni ou Vittorio Gassman : cette saison, nous avons choisi de privilégier Alberto Sordi, avec trois films, goutte d’eau dans l’océan des plus de 150 films de sa filmographie : deux de ces films sont inédits en France… En Italie, « Albertone » reste un des acteurs très célèbre du cinéma national, un de ceux dont on désigne un film « avec Alberto Sordi » avant de mentionner le réalisateur ; un acteur qui impose son rythme aux films dans lesquels il apparaît…

 Jeudi 11 janvier 2018

17h30 IL BOOM

boom-vittorio-sica-1963-L-C0xGsJ1963, durée : 1h32 (inédit en France). Réalisé par Vittorio de Sica. Avec Alberto Sordi, Gianna Maria Canale, Elena Nicolai

Le film évoque la période d’expansion économique d’après-guerre ; il raconte le destin de G. Alberti, créature dérisoire. Issu d’un milieu ouvrier, il accède à la bourgeoisie par son mariage. Mais ses commissions d’agent immobilier ne suffisent pas à maintenir un train de vie comparable à celui de ses commensaux. Il implore, mendie et supplie sans succès pour essayer d’améliorer son sort. Jusqu’à ce que la femme d’un entrepreneur lui propose un marché shakespearien : contre un œil (qui servira à remplacer la cornée abîmée de son mari) elle lui donnera l’argent nécessaire pour effacer ses dettes. La satire sociale devient tragédie : c’est le mouton cupide, le mari aimant, inquiet, qui comprend l’absurdité de son destin. Il Boom se distingue aussi par la présence, rarissime dans le cinéma de l’époque, d’un personnage secondaire féminin d’une force saisissante.

Entracte repas : Il faut obligatoirement s’inscrire au plus tard deux jours avant les séquences au 05 59 39 79 18 ou traitdunion.patrimoine@orange.fr

Télérama

Bande annonce

21 h LE VEUF

le veuf1959, durée: 1h40 (nouvelle sortie). Réalisé par Dino Risi  . Avec Alberto Sordi, Franca Valeri, Livio Lorenzon.

L’esprit acide du réalisateur éclate dans ce qui est un de ses premiers films. Comme souvent plus tard, le cinéaste préfère la verve méchante, la bouffonnerie amorale et vacharde, à la bonne parole idéologique. Alberto Sordi incarne un industriel désastreux, dominé par sa riche épouse qui lui empêche toute initiative personnelle et professionnelle et ne cache pas le mépris qu’elle ressent. Le personnage que l’acteur incarne, au moment où il apprend la mort de sa femme (elle survit !) dans un accident de train, invente un visage où se mêle l’affliction apparente et une joie qui ne demande qu’à déborder ! C’est une houle imperceptible où s’impose le génie comique de l’acteur. Aussi bancal que soit ce film, il singularise ce genre unique de la « comédie italienne »: une capacité à rire de la mort et une cruauté qui reconnaît à l’homme une part d’humanité inhumaine.

Télérama

Bande annonce

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

CONFÉRENCE DU MERCREDI

10 janvier 2018 18h30 Salle Louis-Barthou

Les régiments du Sud-Ouest au Chemin des Dames en 1917

Eric Mailharrancin, professeur agrégé d’économie au lycée Louis de Foix de Bayonne et spécialiste d’histoire locale. Il a publié quatre romans historiques aux éditions Elkar : Le Refuge d’Iparla, Les Oubliés du Chemin des Dames, Des barbelés français, Le temps des trahisons. Son dernier ouvrage est un essai historique intitulé : Les Basques au Chemin des Dames.

 Monument 36Après une présentation des régiments du Sud-Ouest pendant la guerre de 14-18, la conférence présentera le rôle décisif joué par ces régiments dans l’offensive Nivelle de 1917, une des grandes batailles de la première guerre mondiale. Le conférencier reviendra sur le déroulement et l’échec de l’offensive Nivelle d’avril 1917, sur la prise de Craonne du 4 mai 1917 par les bataillons des régiments de Pau et de Mont-de-Marsan et la conquête héroïque des plateaux du Chemin des Dames par les régiments du Sud-Ouest des 35e et 36e divisions d’infanterie. Il traitera ensuite du  déroulement de la mutinerie au sein du 18e régiment d’infanterie de Pau, le 27 mai 1917 ainsi que de l’instruction, du procès et des condamnations des mutinés qui s’en est suivi. Il s’appuiera sur un diaporama qui restituera les faits de cette période, à partir de photos et de documents d’époque et exploitera des sources historiques inédites, notamment sur la mutinerie du 18e régiment d’infanterie de Pau.

Un débat et une séance de dédicaces concluront la conférence.

 

 

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

SORTIE SUR LE TERRAIN

Lundi 8 janvier 2018

Rendez-vous à 16 h devant la mairie d’Oloron 

Observation des milans royaux sur un site d’hivernage près d’Oloron

Animée par Dominique Vilesky

milan royal2_ph.P.HarléPour illustrer la conférence d’Aurélie de Seynes sur la vie et le comportement du milan royal qui a eu lieu le 15 novembre, une sortie est proposée en ce début d’année. Elle se déroulera sur un « dortoir historique » de milans royaux à proximité d’Oloron qui est occupé d’octobre à mars par une cinquantaine de milans qui s’y rassemblent en fin de journée pour y passer la nuit.

En espérant que nos oiseaux seront au rendez-vous cette année comme les années précédentes, nous vous invitons à observer l’arrivée et l’installation pour la nuit des milans royaux.

L’équipe du Culture d’Hiver vous souhaite une bonne année 2018

CONFÉRENCE DU MERCREDI

20 décembre 2017 à 18h30 Salle Louis-Barthou

L’odeur de l’autre

Michel Holeman, professeur de chimie à l’université de Pau et des Pays de l’Adour

 …« L’odeur de l’autre peut éveiller le désir parce qu’elle s’insinue en nous malgré nous, et révèle l’intimité d’un corps sans pour autant le livrer tout entier. La respiration de l’odeur est alors propice à l’éclosion du désir amoureux, car il s’agit d’un plaisir innocent qui n’est pas inhibé d’emblée par la crainte d’être importun et intrusif, comme peut l’être un regard concupiscent ou une main aventureuse ». (Chantal Jaquet, professeure de philosophie à la Sorbonne)Peut-on alors parler de la chimie des sentiments ? Faut-il sentir bon pour séduire ? Les odeurs corporelles, souvent incriminées dans les modes de séduction, le sont-elles à juste titre, constituent-elles des phéromones ? …

Bon nombre de ces questions seront abordées à l’aune des avancées scientifiques récentes.chatouille-chatouille-47384

vous pouvez aussi écouter ceci

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

CONFÉRENCE DU MERCREDI

13 décembre 2017 à 18h30 Salle Louis-Barthou

 « 1967 – 2017 : Le Parc National des Pyrénées, une histoire pour demain». Film-documentaire

Didier Peyrusqué et Christian Plisson, agents du Parc National de la vallée d’Ossau

couverture_empreintes_special_50_ans_numero_40Allégorie de cinquante ans de l’histoire du Parc National des Pyrénées, un documentaire de 28 mn, basé sur treize témoignages de personnes issues du territoire ayant connu la création du Parc national ou collaborant avec le Parc national, revient sur 50 ans de vie commune, les concessions, les partages, les hauts et les bas, entre le territoire et le Parc National des Pyrénées. Il a été présenté en avant-première au festival Eldorando en val d’Azun début juin 2017 puis le documentaire a été diffusé dans les Maisons du Parc national durant l’été et dans des communes du Parc.

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

CONFÉRENCE DU MERCREDI 

6 décembre 2017 à 18h30 – Salle Louis-Barthou

La Commune de Paris, une tragédie franco-française (18 mars-28 mai 1871)

Fréderic Bidouze, docteur en histoire, chargé de cours à l’université de Pau

Pendant le siège de Paris, en 1870, E.Manet mit sa famille en sécurité à Oloron. Il vint la chercher en février 1871 mais ne rentra à Paris qu'au moi de mai. et n'arrive à Paris qu'au mois de mai. Sa lithographie "La guerre civile"marque son indignation pour le caractère sauvage de la répression durant "la semaine sanglante".

Pendant le siège de Paris, en 1870, E.Manet mit sa famille en sécurité à Oloron. Il vint la chercher en février 1871 mais ne rentra à Paris qu’au mois de mai. Sa lithographie « La guerre civile »marque son indignation pour le caractère sauvage de la répression durant « la semaine sanglante ».

La Commune de Paris est devenue avec le temps le symbole d’une mémoire sociale française qui s’est élevée au rang des sacrifices pour une société d’avenir. L’émotion est partout, derrière les milliers de victimes de la semaine sanglante et le triomphe d’un pouvoir bourgeois implacable incarné par Adolphe Thiers. Pourtant, l’histoire de la Commune de Paris n’est pas qu’un miroir des passions françaises mais une réalité tragique qui tient à une conjoncture de guerre et d’occupation prussienne, à une société française hostile à une nouvelle révolution jacobine (après 1830 et surtout 1848) et surtout à un scénario où se mêlent colère sociale et grande diversité politique.

Cette conférence tente de renouer avec l’histoire d’un événement qui relève trop souvent du mythe politique et social ; elle nous entraîne dans l’atmosphère conflictuelle où se croisent dans un Paris en ruines, les partisans, les adversaires et les indifférents peu à peu emportés dans la tourmente.

www.periegete.com

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

CONFÉRENCE DU MERCREDI 

29 novembre 2017 à 18h30 – Salle Louis-Barthou

Tintin au pays de l’ordre

Jean-Marc Terrasse, enseignant à l’Université Paris-Diderot, spécialiste d’art et littérature, responsable des manifestations culturelles à la Bibliothèque Nationale de France et directeur de l’Auditorium du musée du Louvre.

-herge-tintin-tintin-et-milouTintin est sans âge, sans mémoire, sans avenir. Il fige le temps, nous entraînant dans un monde abstrait pourtant plus réel que le nôtre et dont les stéréotypes sont devenus nos références. La puissance et la cohérence de ces 24 albums sont le fruit d’un travail acharné conduit par Hergé obsédé qu’il était par la mise en forme d’un univers totalement ordonné. Ou presque.

Mais de quel ordre s’agit-il ? Est-ce un ordre politique ? On connaît les critiques qui ont été faites aux premiers albums des années 30 ? Cet ordre tintinesque n’est-il pas plutôt lié à une dimension plus intérieure et plus personnelle ? C’est ce que cette conférence en images essaye de vous démontrer.

Article du Midi Libre

Jean-Marc Terrasse fait éclater les bulles de Tintin

Rencontres d’Aubrac / Le directeur de l’auditorium du Louvre passe le petit reporter au filtre de la psychanalyse…

Les Rencontres font la part belle aux Imaginaires de l’Eden. Tintin y a sa place. G.C. 

Bien sûr qu’il est curieux ce petit reporter qui ne prend pratiquement jamais de notes, rédige encore moins souvent des articles, et n’a de comptes à rendre qu’à sa conscience, ce qui, on en conviendra, autorise quelques accomodements. Mais est-ce que, pour autant, il peut être à même d’intéresser, de passionner, aussi bien les enfants qui rêvent d’évasion comme on rêve d’un sucre d’orge, que les adultes qui perçoivent dans ses aventures un peu plus qu’un aimable passe-temps ? Et même les psychanalystes qui ne conçoivent la lecture qu’allongé sur un divan ?

Tintin réussit ce prodige, la houppe alerte et le pantalon de golf bouffant volontiers sous les bourrasques de l’air du temps. Jean-Marc Terrasse a donc été séduit par ce redresseur de torts accompagné de son fidèle fox-terrier avec lequel, en vieux camaradares, il communique gaiement d’une bulle à l’autre.

Jean-Marc Terrasse est directeur de l’auditorium du Louvre. Universitaire et professeur de littérature, il relit régulièrement Balzac et Proust, Flaubert et Rabelais. Ainsi que des auteurs contemporains allemands, lus dans le texte forcément. L’homme est donc sérieux, et lorsqu’il évoque ses chroniques sur France Culture, au cours desquelles un de ses amis psychologues affirmait, mi-figue mi-raisin, que Tintin descend du roi soleil, on a envie d’en savoir plus. Pour lui, en tous cas, le fait de rapprocher Tintin de la notion d’Eden s’impose comme une évidence :  »Tintin, en fait, est un héros. C’est à dire qu’il remet en place l’ordre ancien. Il fait cela dans la première partie de ses aventures, puis Hergé lui construit une famille, une tribu. Un père comme il faut – véritablement « ad hoc » – un grand-père, Tournesol… Il bâtit un monde idéal, c’est à dire sans femmes. Un monde d’hommes, et il s’agira de protéger ce monde d’hommes ».

On ne s’étonnera plus de ce que les petites filles n’accrochent pas autant que les garçons à cet univers qui ne donne toutefois pas dans un certain machisme rugueux et mediterranéen, même si le seul fait de représenter la seule figure féminine par La Castafiore pourrait passer pour une fausse note.

Un fil conducteur comme une ligne claire

Quoi qu’il en soit, Hergé est, pour Jean-Marc Terrasse, « un vrai génie, bien qu’il ait réalisé tout cela de manière inconsciente », montrant bien, ainsi, que toute grande oeuvre échappe à son auteur.

Le directeur de l’auditorium du Louvre insiste sur l’importance des noms propres chez Hergé, à l’image de Séraphin Lampion (l’ange qui apporte la lumière) ou encore de Milou…qui était le nom de la première fiancée de l’auteur. Jean-Marc Terrasse s’est d’ailleurs amusé à répertorier les cases dans lesquelles Milou se fait maltraiter, que ce soit par un perroquet ou par un malfaiteur. Edifiant…

Hergé, « auteur majeur de la langue française », dont le héros est à la fois un boy-scout qui parvient à s’intéresser à la raison d’être d’un objet d’art, était donc, comme tout créateur, un personnage complexe.

Plusieurs lectures de ses albums sont possibles, mais le fil conducteur reste quand même cette fameuse ligne claire, qui concerne le dessin mais pourrait aussi s’adresser à la limpidité du style d’écriture. Tintin, c’est la force mais pas la force brute. La gentillesse mais pas la naïveté. L’honnêteté mais pas la raideur. Oui, quelques pages ouvertes sur l’Eden, sans aucun doute. Avec ou sans la psychanalyse.

Hugues Menatory hmenatory@midilibre.com

 

CONFÉRENCE DU MERCREDI 

22 novembre 2017 à 18h30 – Salle Louis-Barthou

Libre parcours dans la mythologie basque

Basajaun - illustration © Claude LABAT

Basajaun – illustration © Claude LABAT

Claude Labat, enseignant à la retraite, membre de l’association Lauburu 

 Libre-parcours-dans-la-mythologie-basque

Les sociologues pensent que le regain d’intérêt pour les mythologies que l’on observe aujourd’hui semble motivé par le besoin de réenchanter le monde. Il s’agit aussi d’une quête de sens, car chacun ressent, plus ou moins confusément, qu’il convient d’inventer une nouvelle forme de sagesse en phase avec l’évolution rapide du monde. Certes, il est absurde de chercher dans les mythes des explications scientifiques sur l’univers et sur la société, mais il est tout aussi naïf de considérer les mythes comme un passe-temps pour rêveurs immatures indifférents aux problèmes de leur époque. Fondamentalement, la mythologie parle de la condition humaine, de nos façons de voir le monde et la société et nous offre des repères sans pour autant nous imposer une doctrine. Claude Labat nous invite à découvrir la mythologie basque à la manière d’une promenade inédite dans un territoire que l’on croit connaître ; il s’agit bien d’un itinéraire et non d’un enfermement. Cette vieille mythologie, une fois dépoussiérée des clichés dans laquelle on l’enferme généralement, nous renvoie à un fonds culturel bien plus vaste que celui du Pays Basque et, inévitablement, elle élargit notre horizon aux dimensions des Pyrénées… et de la planète. 

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

CONFÉRENCE DU MERCREDI 

15 novembre 2017 à 18h30 – Salle Louis-Barthou

Le milan royal, envergure européenne d’une population menacée

photo : Patrick Harlé

photo : Patrick Harlé

Aurélie de Seynes, coordinatrice du réseau Milan royal Pyrénées et chargée de la mise en œuvre du Plan National d’Actions (PNA) et de programmes européens en faveur de l’espèce, dans les Pyrénées, pour la LPO France.

photo : Patrick Harlé

photo : Patrick Harlé

Le Milan royal, rapace diurne des contreforts pyrénéens, est une espèce endémique de l’Europe. Classé « vulnérable » en France, pays abritant la seconde population mondiale, il fait l’objet d’un Plan National d’Actions. Les Pyrénées, un de ses derniers bastions dans l’hexagone, constituent, à ce titre, un territoire d’investigation et jouent un rôle déterminant pour sa conservation. Facilement identifiable avec ses couleurs vives et ses allures parfois « désinvoltes », le milan royal n’est jamais très loin de nous…Oiseau de proies et charognard, précieux auxiliaire à l’équilibre de nos campagnes, il est pourtant victime de comportements malveillants et clandestins, mais également de pratiques consenties, préjudiciables à la survie de sa population, et plus globalement au maintien d’un écosystème…capital.

La conférence sera suivie, si le temps le permet, le 8 janvier 2018 d’un atelier d’observation sur le terrain. 

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

Saison 2016-2017

CONFÉRENCE DU MERCREDI 

22 mars à 18h30 – Salle Louis-Barthou

Manquerons-nous de métaux ?

Jean-Pierre Baudelet, ingénieur géologue, ex-directeur international de Saint-Gobain.

Pour faire suite à la brillante synthèse des enjeux internationaux de l’eau que Jean-Pierre Baudelet nous a donnée l’an passé, il aborde cette année la gravequestion de la pénurie annoncée des métaux au plan mondial. Une brève description de la formation géologique des gisements de minerais explique la problématique de l’approvisionnement des métaux, face à la population mondiale croissante et au développement des nouvelles technologies. La production actuelle et les réserves estimées seront présentées pour les métaux classiques et pour les métaux stratégiques incluant les «terres rares», soulignant l’évolution des prix par rapport aux événements d’ordre économique, social ou politique. Quelques pays monopolisent l’exploitation de certaines matières premières et induisent des tensions politiques comme des menaces stratégiques sur des besoins nécessaires. Différentes actions indispensables sont alors à entreprendre pour éviter de manquer de métaux.
Après cette présentation des perspectives au niveau mondial, les auditeurs pourront s’interroger sur l’opportunité de revoir un jour l’exploitation de certains sites miniers pyrénéens abandonnés…

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

CONFÉRENCE DU MERCREDI 

15 mars à 18h30 – Salle Louis-Barthou

Rugby à corps et à coeur : le plaisir du combat, la liberté du jeu

Danielle Lassalle, formatrice, socio-anthropologue et auteure du livre « Rugby à corps et à coeur », éditions Elkar.
rugbyCette conférence s’appuiera sur les entretiens et les portraits de 17 rugbymen de haut niveau, représentant tous les postes et plusieurs générations, travail qui se situe au croisement d’une passion et d’un parcours professionnel.
Tout d’abord le rugby ancré dans l’enfance de l’auteur, par un père qui a suivi l’épopée du « Grand Football Club Lourdais ». Puis, le goût de comprendre comment se construisent des parcours de praticiens, de l’enfance à la vie
d’adulte. Deux des joueurs rencontrés Ramuntxo Tellechea et Milo Clemente, ont écrit quelques-unes des plus belles pages de l’histoire du Football Club Oloronais. Ils voisinent avec Didier Codorniou, Jean-Pierre Garuet, Jeff Tordo, Pierre Berbizier, John Eales ou Yannick Jauzion… La conférencière vous proposera de mettre en lumière leur capacité à décrire la pratique du rugby, la maîtrise de leur activité rugbystique, comme le fait de pouvoir apporter des réponses appropriées aux questions, aux problèmes posés dans l’instant, dans un contexte donné. A travers les entretiens menés par l’auteur se dessinent aussi une générosité et un altruisme authentiques, fruit et aboutissement d’un sport de combat qui exalte les vertus du collectif. La conférencière attirera enfin l’attention sur le rugby en tant que JEU. En effet, l’origine du jeu est indissociable de la compétition et du combat. Seul l’étrange rapport des hommes au jeu peut parfois expliquer tant d’investissement, de prise de risque, d’exaltation dans la victoire, de désespoir dans la défaite. Et c’est aussi le jeu qui fait que les joueurs quand ils jouent, et les spectateurs quand ils regardent ne se sentent jamais seuls…

ATELIERS DU LUNDI

2 – HISTOIRE DE L’ART

LES GRANDS MAÎTRE DE LA PEINTURE ALLEMANDE

Lundi 13 mars à 18h30 salle L.Barthou

Suite de l’atelier sur la Renaissance allemande avec Lucas Cranach

1531-Venus-VienneLucas Cranach l’Ancien d’abord porté lui-aussi vers les nouveaux concepts renaissance, laissera finalement la tradition nordique s’exprimer dans ses nombreux tableaux. A la tête d’un atelier prospère au service du duc de Saxe, partisan de Luther et de la Réforme c’est surtout grâce à ses nus féminins si caractéristiques qu’il passera à la postérité.

 

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

CONFÉRENCE DU MERCREDI 

 8 mars à 18h30 – Salle Louis-Barthou

Le pape Clément V et l’affaire des Templiers.

Monique Dollin du Fresnel, directrice de la bibliothèque de Sciences Po Bordeaux.

Le 18 mars 1314, le supplice des derniers Templiers, brûlés vifs après sept années d’un procès inique, inscrivait dans les pages les plus noires de l’Histoire, les noms du pape Clément V, du roi Philippe IV le Bel, et de Guillaume de Nogaret. Mais quelle est la part de vérité ? Clément V est né en 1264 à Villandraut sous le nom de Bertrand de Got et fut le seul pape gascon de l’histoire de l’Eglise. Elu en 1305, c’était un homme intelligent et un juriste confirmé, très attaché à sa Gascogne natale. Après avoir hésité à s’installer à Rome il fut le premier à préférer Avignon, pour un exil qui devait durer un siècle. Il est surtout connu pour son rôle dans l’affaire des Templiers, et pour ses rapports conflictuels avec l’inflexible Philippe le Bel, ce qui fit de lui l’un des pontifes les plus injustement calomniés. Après sept cents ans, il est plus que temps de faire la lumière sur la vie de cet homme peu ordinaire, si malmené par l’Histoire. Les recherches de Monique Dollin du Fresnel sur Clément V l’ont amenée à étudier de nombreux textes dont certains sont conservés aux Archives nationales, à la Bibliothèque apostolique et aux Archives secrètes du Vatican.

ATELIERS DU LUNDI

2 – HISTOIRE DE L’ART

LES GRANDS MAÎTRE DE LA PEINTURE ALLEMANDE

Albrecht Dürer, Lucas Cranach, Caspar David Friedrich, Emile Nolde, August Macke, Paul Klee, Romantisme, Expressionnisme… Ces peintres ou ces mouvements artistiques nous parlent même si souvent nous ne les connaissons pas bien. Les ateliers nous permettront de mieux les appréhender et de et de comprendre leur importance pour l’évolution de la peinture européenne.

6 mars 2017 à 18h30 – Salle Louis-Barthou
Albrecht Dürer et Lucas Cranach ou la Renaissance germanique

1526Holzschuher-BerlinA la fin du XVe siècle Albrecht Dürer, graveur et peintre à Nuremberg, part à Venise pour compléter sa formation. Il se passionne pour l’étude des corps et est à la recherche d’un idéal de beauté. Il va y découvrir l’usage de la couleur comme composante du tableau et renouveler ainsi l’art du portait. Ses recherches sur les proportions l’occuperont une bonne partie de sa vie mais Dürer ne fut jamais satisfait. En 1514, il avoue son impuissance à trouver la beauté idéale ou plus exactement, l’impossibilité de la mission : en écrivant « ce qu’est la beauté absolue, je l’ignore, nul ne le sait si ce n’est Dieu ». 

 

 

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

CONFÉRENCE DU MERCREDI

Geneviève Marsan ne pourra pas assurer la présentation de sa conférence sur Ossau avant l’Histoire le mercredi 15 février. En conséquence celle-ci est annulée.

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

ATELIERS DU LUNDI

2 – ENVIRONNEMENT

B – BON SENS PAYSAN ET INNOVATION

13 février 2017 à 18h30 – Salle Louis-Barthou

Innovation et agronomie

L’objectif est à l’avenir de capter un maximum de CO2 et de participer à la lutte contre le réchauffement climatique, de fixer aussi l’azote de l’air afin de
diminuer la fertilisation de la culture suivante. Pascal Lalanne, responsable agronomie de la coopérative Euralis et Julien Saludas, présenteront la
démarche. Christophe Congues producteur innovant sur différents types de cultures, présentera les activités mises en place sur le terrain autour d’Oloron par lui et ses collègues.
Ces agriculteurs nous feront visiter leur exploitation à une date qui sera fixée après les ateliers.

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

LES SEANCES DU JEUDI

Cinéma Le Luxor 

Jeudi 9 février 2017

à 17h30 – Une aussi longue absence

92 mn, 1961.Réalisé par Henri Colpi. Avec Alida Valli, Georges Wilson, Jacques Harden, Charles Blavette Prix Louis Delluc 1960 Palme d’or Cannes 1961

Une aussi longue absence, affiche.Une patronne de bistrot croit reconnaître dans un clochard qui a perdu la mémoire, son mari déporté en 1944. Sur des dialogues de Marguerite Duras, Colpi réalise un film envoûtant qui est une déchirante réflexion sur le doute et l’espoir obstiné d’une femme, au-delà de toute logique. C’est un grand film classique, méconnu, récompensé à Cannes en 1961, partageant la palme avec Viridiana de Buñuel : la merveilleuse Alida Valli, Georges Wilson qui a perdu la mémoire… sauf celle de la musique italienne d’opéra ! Et les « trois petites notes de musique » : chanson écrite par Colpi, chantée par Cora Vaucaire sur une musique de Georges Delerue… à voir et écouter ici

 

à 21h – Alaska

Alaska125 mn, Italie, 2016. Réalisé par Claudio Cupellini. Avec Elio Germano, Michele Riondino, Anna Mouglalis

Par un réalisateur très en vue du nouveau cinéma italien, dont c’est le troisième long métrage. Fausto, italien, est serveur dans un grand hôtel parisien. Il rencontre Nadine, mannequin en devenir. Acteurs convaincants, scénario à rebondissements: ce sont deux heures d’une histoire d’amour compliquée mais toujours crédible. A travers les amours passionnées de ses protagonistes, Cupellini livre une vision sensible, complexe, quelquefois déroutante de l’Europe d’aujourd’hui.

La bande annonce ici

 &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

CONFÉRENCE DU MERCREDI 

ATTENTION changement de salle

 8 février 2017 à 18h30 - Auditorium de la Villa d’art et d’Histoire, parvis de la Médiathèque

Les grands prédateurs aux temps quaternaires dans les Pyrénées

Philippe Fosse, paléontologue, CNRS Aix-en-Provence.

Ours des cavernes-grotte Chauvet

Ours des cavernes-grotte Chauvet

Au cours des derniers 2,5 millions d’années, différents grands carnivores se sont succédés en Europe de l’Ouest, en raison des changements climatiques récurrents. Dans la première moitié du Quaternaire (2,5-1 millions d’années environ), les carnivores sont représentés par des groupes déjà présents à la période précédente du Néogène (notamment divers « tigres à dents de sabre ») et par migrations de formes morphologiquement proches des espèces modernes d’Afrique ou d’Amérique (guépard, léopard, jaguar, puma, hyène brune, hyène rayée). Au cours du dernier million d’années, les formes « modernes » d’origine africaine (lion, hyène tachetée, lynx ?) et asiatique (ours des cavernes, ours bruns…) colonisent progressivement l’Europe, jusqu’à la fin des temps glaciaires. La conférence dresse le point sur le rôle que les études en cours sur les sites paléontologiques et archéologiques des Pyrénées françaises et espagnoles jouent dans les connaissances sur l’histoire des grands prédateurs en Europe de l’ouest d’une part (apparition, répartition, extinction…), et illustre le statut de ces espèces dans les principaux sites (fossiles par pièges naturels, tanières, gibiers des hommes paléolithiques ou représentations artistiques…). Hors du sujet traité, voilà certainement de quoi relativiser les problèmes posés par quelques ours actuels !

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

ATELIERS DU LUNDI

2 – ENVIRONNEMENT

B – BON SENS PAYSAN ET INNOVATION

 6 février 2017 à 18h30 – Salle Louis-Barthou

De l’eau à l’assiette ou  la gestion raisonnée de l’eau dans les cultures

sondes-capacitives-a-profil-aquacheck

La gestion de la ressource en eau est un enjeu de taille, enjeu économique et environnemental, mais aussi technique. Conscients de cet enjeu, les agriculteurs se sont équipés d’ outils, en particuliers de sondes capacitives. Ces sondes sont fichées verticalement dans le sol et le principe de fonctionnement est simple :

-un courant électrique circule dans le tube pour créer un champ électromagnétique.

-des capteurs contenus dans le tube sont disposés tous les 10 cm. Ils mesurent directement et instantanément les millimètres d’eau présents dans le sol à différentes profondeurs , au niveau des racines.

-ces sondes renseignent sur la tolérance au stress hydrique des plantes et leur besoin en eau. Les mesures en instantané transférées sur PC  permettent un pilotage précis de l’irrigation en fournissant la bonne quantité d’eau au moment des besoins de la plante.

Elodie Patélie de la société Agralis présentera ce modèle de gestion de l’eau en agriculture à partir de nouvelles technologies. Son exposé sera suivi de trois témoignages d’agriculteurs utilisant ces procédés :  Marie-Pierre Camsuzou productrice de maïs doux à Geüs, Vincent Artiguet producteur de baby- kiwi à Orin et Christophe Paillé producteur de maïs semence à Géronce.

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

CONFÉRENCE DU MERCREDI

1er février 2017 à 18h30 – Salle Louis-Barthou

Les chauves-souris

Denis Vincent, membre de l’association Groupe Chiroptères Aquitaine.

Chauves sourisLes chiroptères, trompeusement appelés « chauves-souris » sont des animaux fascinants. Cet ordre compte près de 1400 espèces dans le monde et regroupe à lui seul près de 20 % des espèces de mammifères. Dotées de caractéristiques anatomiques et physiologique s uniques, elles jouent un rôle essentiel dans l’équilibre écologique. Toutes protégées en France, certaines menacées, 26 espèces sont répertoriées en Aquitaine. Comment les connaître, les préserver, les accueillir… le GCA vous invite à découvrir le monde unique des chiroptères.

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

ATELIERS DU LUNDI

2 – ENVIRONNEMENT
A – Minerais et mines de nos Pyrénées

30 janvier 2017 à 18h30 – Salle Louis-Barthou

Le silex : démonstration de taille et d’utilisation

Daniel Chiron, « Flintknapper » amateur.
silexL’outil est le déterminant de l’histoire des hominidés. La première matière à fournir des outils efficaces fut le silex, objet de prospections, d’artisanat,d’industrie, de commerce « international » et d’épuisement des meilleurs gisements. Né à Sarlat, notre animateur a passé son enfance au pied des falaises des Eyzies de Tayachaut, (la Mecque de la Préhistoire !), à chercher des silex taillés. Un long et laborieux apprentissage auprès d’un grand maître tailleur de silex contemporain lui a permis de perpétuer cet art venu du fond des âges. Devenu technicien « préparateur » de Biologie à l’Education Nationale, il a passionné des générations de lycéens par ses travaux-pratiques de techniques préhistoriques qui entraient alors dans le programme. Il nous montrera l’aménagement d’un galet en chopper ou chopping tool, la taille de biface, grattoir, racloir et perçoir sur éclat, le débitage Le Vallois et le débitage de lames. Il allumera du feu (un tout petit feu contrôlé !) par percussion du silex contre marcassite car, comme on sait bien… personne n’a jamais allumé de feu en frappant deux silex !

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

CONFÉRENCE DU MERCREDI

25 janvier 2017 à 18h30 – Salle Louis-Barthou

Film documentaire : Fugitif pour l’exemple

Réalisé par Chantal Quaglio et Patrick Colin.

Mai 1917. Au repos à Villers-sur-Fère, le 18e RI apprend qu’il doit remonter en ligne plus tôt que prévu. Epuisés, sous le choc des pertes effroyables qu’ils viennent de subir à Craonne, les soldats refusent de retourner au front. Le caporal Vincent Moulia, plusieurs fois blessé et décoré se retrouve dans le tourbillon de cette mutinerie. Jugé par le conseil de guerre, il fait partie des cinq condamnés à mort mais parvient à s’évader la veille de l’exécution. Vincent Moulia est filmé, à l’âge de 82 ans, dans son village de Nassiet, dans les Landes. Il raconte sa guerre, sa participation aux mutineries, son évasion et sa cavale jusqu’en Espagne : « Je suis le meilleur sauve qui peut » conclut-il.
Ironie de l’histoire, il est mort en 1984, le jour de la fête des Saints-Innocents ! Parmi les cinq condamnés à mort du groupe Moulia il y avait aussi Jean-
Louis Lasplacettes, du village d’Aydius, qui sera fusillé le 12 juin 1917. Nous évoquerons bien sûr sa mémoire et le combat de sa petite-nièce pour
sa réhabilitation et l’inscription de son nom sur le monument aux morts communal en 2009.

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

ATELIERS DU LUNDI

2 – ENVIRONNEMENT
A – Minerais et mines de nos Pyrénées

23 janvier 2017 à 18h30 – Salle Louis-Barthou

Les Pyrénées : Eldorado minier, ou miroir aux alouettes ?

Louis de Pazzis, géologue de profession et spéléologue amateur, association Géolval.
Sentein, Pierrefitte, Arrens, Ferrières, Anglas… sont quelques-uns des sites majeurs qui ont connu l’aventure minière du XIXe siècle jusqu’aux années
1960. D’autres mines de plomb, de fer, de cuivre, de zinc, d’argent… et peut-être même d’or, ont aussi été exploitées dans les Pyrénées. Des lieux chargés d’histoire où la géologie rencontre l’archéologie industrielle… et l’exploration actuelle. Cet atelier évoquera cette épopée historique autour de la présentation de nombreux échantillons de minerais pyrénéens.
En complément de ces ateliers, une exposition présentant « Les ressources minérales utiles dans les Pyrénées occidentales » se tiendra à la Médiathèque Intercommunale du Piémont Oloronais du 1er au 13 février 2017.

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

CONFÉRENCE DU MERCREDI

18 janvier 2017 à 18h30 – Salle Louis-Barthou

Itinéraires d’internés du camp de Gurs

Emile Vallés, vice-président de l’Amicale du camp de Gurs.

Itineraires-d-internes-du-camp-de-GursLe conférencier qui vit à Oloron-Ste-Marie depuis son arrivée lors de la Retirada républicaine de février 1939, évoquera, à partir de son livre, le sort de quelques internés, d’après leurs propres souvenirs.
«… On y croisera Lilo, la bourgeoise berlinoise prise dans le tourbillon des familles déclarées indésirables ; Némesio, le receveur des postes à la recherche de sa famille ; Paul et Arnold, les adolescents bringuebalés dans le maelström de l’antisémitisme ; Miguel-Angel et Anselmo, les inépuisables, dont les aventures relèvent de l’épopée ; Melkit, un survivant dont le destin n’a tenu qu’à une infime erreur administrative ; Amira, rescapée improbable ; Stanislas, le petit polonais au regard d’ange, ce qui ne l’empêchera pas d’être fusillé ; et tous les autres, les déplacés, les exilés, les raflés et les ostracisés.
Une galerie de portraits d’une incroyable variété… ». Claude Laharie, préface du livre « Itinéraires d’internés du camp de Gurs, 1939-1945 » qu’Emile Vallés dédicacera à la fin de sa causerie.

La République des Pyrénées du 9 juin 2016

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

ATELIERS DU LUNDI

2 – ENVIRONNEMENT
A – Minerais et mines de nos Pyrénées

Lundi 16 janvier à 18h30 – Salle Louis-Barthou

Les minerais, un héritage de la tectonique globale

Annie Lacazedieu, agrégée de Sciences de la Terre, Inspecteur d’Académie retraitée,  association Géolval.

Les roches contenant des minéraux utiles en proportion suffisamment intéressante pour en justifier l’exploitation, sont des ressources naturelles
essentielles. Elles naissent de conjonctures géologiques bien particulières qui aboutissent à des concentrations parfois spectaculaires en substance utile
comme par exemple le talc de Luzenac… Souvent, ces ressources se situent dans les montagnes, qu’elles soient anciennes ou récentes. Il semble que les gisements de minerais, en particulier les sites métallifères, soient en relation avec certains phénomènes tectoniques.
Au cours de cet atelier nous apprendrons pourquoi l’histoire géologique des Pyrénées a favorisé une si grande variété de substances minérales utiles.

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

LES SEANCES DU JEUDI

Cinéma Le Luxor 

Jeudi 12 janvier 2017

Comédies italiennes

17h30 – Pauvres millionnaires (88 mn, 1959. Inédit en France)

Réalisé par Dino Risi.Avec Renato Salvatori, Maurizio Arena, Sylva Koscina

critique-pauvres-millionnaires-risi13Deux compères, mariés et devenus beaux-frères, partent avec leurs épouses en voyage de noce à Florence. En raison des maladresses de Salvatore et d’actes manqués à répétition, le départ en train tourne au désastre et les jeunes mariés ratent complètement leur escapade. C’est la troisième partie d’une série de comédies populaires (Pauvres mais beaux, Beaux mais pauvres) entreprise en raison du très grand succès des deux premiers films.
Ici, la chronique sociale est atténuée mais les effets comiques, les quiproquos, les gags, sont amplifiés. Risi enchaîne les situations irrésistibles, Renato Salvatori s’empare du devant de la scène, Sylva Koscina est séduisante et drôle en héritière farfelue… Feu d’artifice d’humour et d’énergie, c’est une comédie sans prétention mais où l’on ne s’ennuie jamais.

http://www.critikat.com/actualite-cine/critique/pauvres-millionnaires.html

à 21h – Bons à rien (87 mn, 2015)

Réalisé par Gianni Di Gregorio.Avec Gianni di Gregorio, Valentin Gebbia, Daniela Giordano

Bons-a-RienLe pauvre Gianni, trop gentil, n’est respecté par personne et surtout pas par sa voisine, une râleuse professionnelle. Après un contrôle médical qui révèle une tension trop forte, il décide de réagir et il entraîne le timide Marco dans sa rébellion.
Découvrant les vertus de la colère, il va se venger des humiliations supportées autrefois ; pour faire de la résistance, il prône la muflerie comme règle de vie. Même si tout n’est pas percutant, ce film impertinent est un havre de fraîcheur dans un monde qui perd le sens de l’humour.

 

La bande annonce du film  : https://www.youtube.com/watch?v=lPaC-uf7D7A

et les critiques du Figaro

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

CONFÉRENCE DU MERCREDI

11 janvier 2017 à 18h30 – Salle Louis-Barthou

La réaffectation écologique du site minier d’Arjuzanx (40)

Serge Avignon, ancien chef de projet de réaffectation du site minier, chargé de cours UFR « Sciences et Technologies » de l’UPPA.

Reserve-naturelleToute mine ou carrière s’épuise, laissant un paysage ingrat. La réaffectation du site à une autre activité et sa réhabilitation paysagère sont de plus en plus précocement intégrés à la problématique d’exploitation. Du parc des Buttes- Chaumont aux pistes de ski du Mount Trashmore fait de déchets miniers, en passant par les houillères de Silésie, les mines de titane d’ Australie ou les 12 000 ha de la mine Futura à Cologne, les exemples réussis d’ après-mine sont nombreux. Un seul cas tout proche nous sera présenté ce soir : l’ancien site minier d’ Arjuzanx, dans les Landes. En 1958, EDF y entreprend l’extraction à ciel ouvert du lignite, brûlé à la centrale thermique de Morcenx.

L’exploitation s’étend sur 32 ans et 2673 ha de forêt landaise, laissant

Grues_cendr__es____Arjuzanx

sables et mares stériles. De 1981 à 1994, l’Office National de la Chasse et de la faune sauvage apporte une aide technique à EDF pour végétaliser les sables et rendre les zones humides accueillantes pour les poissons, les batraciens et les oiseaux. Après un inventaire ZNIEFF en 1982, le site est classé Réserve Nationale de Chasse en 1987, puis Zone de Protection Spéciale pour les oiseaux au titre du réseau européen Natura 2000. Acquis par le Conseil Général des Landes en 2002, il est devenu, grâce à l’ingéniosité du génie écologique, un site d’importance internationale pour l’hivernage d’oiseaux migrateurs, dont la grue cendrée.

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

CONFÉRENCE DU MERCREDI

 4 Janvier 2017 à 18h30 – Salle Louis-Barthou

Jean-Paul Sartre, Raymond Aron, 1930-1980, cinquante ans de vie politique Française

Francis Cha, professeur de Sciences Economiques et Sociales à la retraite.
Condisciples sur les bancs de l’Ecole Normale Supérieure en 1924, Jean-Paul Sartre et Raymond Aron furent des acteurs déterminants de la vie
intellectuelle française pendant quarante ans.

jean-paul-sartreSartre, romancier (la Nausée, le Mur…), philosophe (L’Etre et le Néant….), dramaturge (Les Mouches,
Huis-clos…), directeur de la revue « les Temps modernes », domine la scène intellectuelle français et internationale après la guerre. Compagnon de route du PCF en 1952-1956, il défend les positions de l’extrême gauche à partir des années 60 : soutien au FLN algérien, aux étudiants de Mai 68, aux maoïstes français…

raymond_aronRaymond Aron, professeur à la Sorbonne, éditorialiste au Figaro, soutient le Général De Gaulle, défend le libéralisme politique et l’économie de marché, critique le marxisme-léninisme comme «opium des intellectuels».

A partir de la fin des années quarante, leur amitié d’avant-guerre ne survécut pas à leurs divergences politiques. Leur rencontre en 1979 sur le perron de l’Elysée pour venir à l’aide des « boat-people » vietnamiens ne fut pas une réconciliation. Etudier leurs prises de position politiques de 1930 à 1980, c’est retracer les principaux enjeux politiques et diplomatiques de cette période pour la France.

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

Penseur

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

CONFÉRENCE EXCEPTIONNELLE DU MERCREDI 28 DECEMBRE 2016

salle du Conseil municipal, mairie d’Oloron

« D’autres sans noms » : Le massacre des habitants de Jaca en 1936

Enrique Vicien Mané, journaliste et historien.

memorial Jaca 10.04.2010 006

©Emile Valles

Juillet 1936, la ville de Jaca et la région Aragon, subirent tragiquement les conséquences de la guerre civile à cause de son image de ville symbole de la naissance de la IIe République. En effet, dès le 12 décembre 1930, la garnison de Jaca manifesta en faveur de la République et le roi Alphonse XIII exigea l’exécution des capitaines Garcia et Galan. La République sera proclamée le 14 avril 1931. Entre 1936 et 1939 furent assassinées plus de 400 personnes dans une cité qui comptait moins de 4000 habitants. Un demi-siècle plus tard commencèrent les recherches sur ces événements. Jusqu’alors, la peur et le silence les avaient empêchées. Dans les registres du cimetière de Jaca apparaissait parfois une liste de fusillés avec une mystérieuse mention : « D’autres sans nom ». Le conférencier essaiera de raconter l’histoire de quelques-uns d’entre-eux. Nous allons enfin connaître leurs noms. Joséchu Dominguez, fils de fusillé et défenseur obstiné de la mémoire républicaine sera présent et apportera son témoignage.

Monument Para Revista, 14 avril 2010©José Dominguez

Monument Para Revista, 14 avril 2010
©José Dominguez

 

 

 

CONFÉRENCE DU MERCREDI

14 décembre 2016 à 18h30 – Salle Louis-Barthou

Radeliers et bateliers du cours supérieur de la Garonne, du XVIIe au XIXe siècle

Marc Galy, restaurateur de l’ancien hôtel-musée « Le petit bateau » à Cazères.

Radelage sur la Neste D'Aure. ©Michel Bessone

Radelage sur la Neste D’Aure. ©Michel Bessone

« Depuis que j’ai épousé Marie, petite-fille d’un des derniers constructeurs de bateaux à Cazères (31), je me suis attaché à faire des recherches historiques sur ce sujet », nous écrit notre conférencier, qui se présente en simple amateur sans ambition ni titre officiel d’historien : un gage d’objectivité, évidemment ! Car Marc Galy (par ailleurs grand explorateur des très hautes altitudes et des cavités souterraines, nous avait présenté les réseaux souterrains du massif Gavarnie- Mont Perdu en 2011) est ingénieur en mécanique. Cet esprit rigoureux, très soucieux d’un rendu factuel basé sur des documents précis, nous apportera des informations inédites sur les radeliers et bateliers qui ont transporté au péril de leur vie bois, marbres et autres matières premières des Pyrénées sur la Garonne de Fos à Toulouse ainsi que sur ses affluents la Pique, l’Ourse, la Neste, le Ger, le Salat. Qui naviguait ? Comment ? Quelle était leur position sociale ? Etaient-ils nombreux ? Que transportaient-ils ? Quels étaient leurs clients ? Ont-ils fait fortune ? Combien ont survécu à leur activité ? Outre quelques anecdotes édifiantes sur la difficile compatibilité entre navigabilité et utilisation énergétique des eaux (moulins), nul ne doute que cette originale contribution à la micro-histoire locale nous étonnera.

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

CONFÉRENCE DU MERCREDI

7 décembre 2016 à 18h30 – Salle Louis-Barthou

Le « cable-lasso » qui permit aux hêtraies béarnaises d’être encore plus belles

Michel Bartoli, ingénieur du Génie Rural, Eaux et Forêts.

À l’extrémité aval de la boucle : le moteur d’un câble lasso. (Photo A. Valéry). http://revue-pyrenees.com/spip.php?article338

À l’extrémité aval de la boucle : le moteur d’un
câble lasso. (Photo A. Valéry). http://revue-pyrenees.com/spip.php?article338

On s’en souvient, la salle était comble quand M. Bartoli nous avait conté la saga de l’entreprise Lombardi et de ses grands tricâbles de débardage des grumes… Ce soir, il s’agit de l’étonnant « câble-lasso ». Inventé en Suisse durant la dernière guerre, il arrive en Alsace en 1946. En 1951, pour approvisionner la papeterie de Saint-Gaudens en hêtre, il s’installe dans les Pyrénées, alors seule région du monde où on l’utilise. Le câble est accroché aux arbres à hauteur d’homme, il entoure une zone de coupe de plus d’un kilomètre et n’y a laissé aucune trace physique, si ce n’est des forêts plus belles. Tout est à découvrir de ce câble qui, durant 30 ans, va permettre de débarder les lointaines hêtraies béarnaises. C’était l’époque des forêts sans route ni piste, des coupes faites à la main, des hêtres écorcés à la main, des billons montés à la force des biceps sur le câble, sur les mulets, dans les camions… Un autre monde pourtant récent. De très rares photos existent, elles seront montrées. Le fait le plus incroyable est que le lasso, devenu « zigzag line », vit toujours, mais ailleurs : Japon, Alaska, Afrique du Sud, Oregon, Californie… et Malaisie où il transporte des bananes ! La mémoire de cet outil, qui exigeait beaucoup d’hommes et beaucoup des hommes, ne doit pas être perdue. Sa nouvelle vie très modernisée loin des Pyrénées va-t-elle nous le faire revoir ici ? &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

ATELIERS DU LUNDI

5 décembre  2016 à 18h30 – Salle Louis-Barthou

Initiation à la généalogie -atelier 3

Présentation des pôles d’archives du Conseil départemental 64 Pau et Bayonne. Quelles recherches peut-on y faire et comment ? Apprendre à utiliser les archives numérisées : état-civil, registres matricules, registres notariaux etc &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

CONFÉRENCE DU MERCREDI

 30 novembre 2016 à 18h30 – Salle Louis-Barthou

La médiathèque des gaves : un vaisseau sur un socle de pierre

Pascale Guédot, architecte, Stéphane Darrius, urbaniste.

médiatheque des gaves-PLG-2Lieu identitaire s’il en est, puisque c’est là que les gaves d’Aspe et d’Ossau s’unissent pour former le Gave d’Oloron, la ville d’Oloron-Sainte-Marie souhaite dès le début du XXIe siècle se réapproprier ce lieu devenu une friche industrielle. Pour cela, elle fait travailler des urbanistes, des paysagistes et programme un certain nombre d’activités à implanter sur ce lieu notamment une Médiathèque. Elle cherche aussi à le placer au centre des circulations piétonnes par la création de deux passerelles. Elle organise donc un concours européen basé sur le respect du site et du patrimoine alentour. Pascale Guédot, jeune architecte déjà talentueuse, emporte ce concours face à des poids lourds de l’architecture en proposant un bâtiment contemporain s’insérant parfaitement dans le site. La fluidité de l’aménagement intérieur et les vues offertes sur le gave achèveront de séduire le jury. Commence alors le défi de construire un bâtiment sur un site exigu, au-dessus d’une centrale hydroélectrique en activité et qui devra aussi accueillir deux passerelles piétonnes. Tous ces défis seront surmontés à partir de 2007 et, en 2010, le jury de l’Equerre d’Argent, le prix d’architecture français le plus prestigieux, récompensera ce projet exceptionnel.

On en parle dans la presse ou sur le web  Le Monde   Libération  Le moniteur   Dossier de presse   le site de Pascale Guédot De belles photos ici &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

ATELIERS DU LUNDI

28 novembre  2016 à 18h30 – Salle Louis-Barthou

Initiation à la généalogie -atelier 2

Suite au premier atelier vous avez commencé à collectez des documents et à remplir les fiches individuelles et familiales.Il faut maintenant compléter les renseignements pour les générations les plus récentes (moins de 70 ans).Cette semaine vous apprendrez comment  rechercher des documents en mairie, comment retrouver la naissance, le mariage, les décès.  Il faudra aussi savoir s’organiser, trier, classer, faire des dossiers… &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

CONFÉRENCE DU MERCREDI

23 novembre  2016 à 18h30 – Salle Louis-Barthou, mairie d’Oloron

L’histoire mouvementée des forêts pyrénéennes

Jean Touyarou, ingénieur forestier, ancien responsable Adour-Pyrénées du Centre Régional de la Propriété Forestière (CRPF). La forêt occupe un vaste territoire pyrénéen ; mais en a-t-il toujours été ainsi ? Nous verrons comment à partir de la fin des glaciations une immense forêt, la forêt primaire, s’est mise en place, comment sont arrivés les arbres que l’on rencontre aujourd’hui et comment ils affrontent les rigueurs de la montagne. Du début de l’action de l’homme au Néolithique (4000 ans av. JC) jusqu’à nos jours, nous parlerons de l’évolution de la forêt au cours des siècles avec ses droits d’usage ancestraux, la mâture pour la marine royale, le charbonnage, les périodes fastes mais aussi les difficultés qu’elle a eu à affronter. Le débat portera enfin sur l’avenir de la forêt pyrénéenne face auchangement climatiqueet aux nouvelles attentes de la société. &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

ATELIERS DU LUNDI

 21 novembre  2016 à 18h30 – Salle Louis-Barthou

Initiation à la généalogie 

Marie-Claude Hourcade, membre de l’association Généalogie et Origines en Pyrénées-Atlantiques (Gen&O). arbreDébut de l’atelier initiation à la généalogie  Qui ne s’est pas dit un jour : « j’aimerais écrire l’histoire de ma famille, construire un arbre, transmettre tout cela à mes enfants, mes petits-enfants » puis devant l’ampleur de la tâche, s’est découragé ou a arrêté dès les premières recherches et les difficultés ? Ces ateliers d’initiation vous proposeront quelques règles de base simples pour démarrer, rechercher dans votre famille ou vos papiers et documents personnels puis petit à petit dans les mairies, les sites d’archives, les sites généalogiques en ligne. Faire de la généalogie à l’heure actuelle, ce n’est pas difficile ; il faut juste aimer chercher, faire des hypothèses, s’intéresser à l’histoire, avoir un peu de rigueur.Les 5 séances que nous vous proposons vous permettront d’avancer vite et d’obtenir des premiers résultats ! Premier atelier  : Qu’est-ce qu’une recherche généalogique ? Quel est mon objectif ? Comment débuter une recherche généalogique ? Quels documents familiaux collecter ? Comment remplir une fiche individuelle, familiale, pour moi-même et mes ascendants. Prévoir stylos ou crayons &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

CONFÉRENCE DU MERCREDI

16 novembre  2016 à 18h30 – Salle Louis-Barthou, mairie d’Oloron Les traces des premiers chrétiens en Béarn : Oloron du IVe au VIe siècle Pierre-Louis Giannerini, historien, écrivain. Iluro, créée par les Romains dès le début de l’ère chrétienne, est restée pendant trois siècles une ville païenne. C’est la découverte inopinée de la statue du dieu Mars, qui se cachait derrière l’image de la vierge Marie sur le tympan de la cathédrale, qui l’atteste. Pourtant, dès le IVe siècle, les fouilles archéologiques récentes prouvent qu’une partie de la population a pu enfin sortir de l’ombre pour se proclamer ouvertement chrétienne. En  lampeeffet, certains commencent à s’éclairer grâce à des lampes à huile qui portent le symbole du Christ tandis que d’autres choisissent de résider pour l’éternité dans de luxueux sarcophages qui évoquent les miracles de Jésus. Ces premières communautés chrétiennes étaient conduites par des évêques mais un seul, le fameux Gratus, laissera son nom à la postérité grâce à sa participation à un concile. Le conférencier racontera les découvertes parfois inopinées et presque miraculeuses de certains vestiges chrétiens -de véritables œuvres d’art- et tentera, à partir des actes du Concile d’Agde de 506, de restituer la vie et les préoccupations des premiers chrétiens béarnais.

Culture Hiver

 

 

 

CONFÉRENCE DU MERCREDI

 23 MARS  2016 à 18h30 – Salle du Conseil municipal 1905-1918, itinéraires de poilus béarnais : des luttes politiques et sociales à Oloron aux combats dans les tranchées… et à la mort Pierre-Louis Giannerini, historien, écrivain. Oloron – 1905 – Ils s’appelaient Ferron, Cadier, Baudeant, Cabanius… ils étaient progressistes, militants, radicaux. Tous soutenaient avec ardeur le combat sans merci du député Louis Barthou pour la laïcité et l’école de la République. Oloron – 1907 – Ils étaient étudiants, avocats, journalistes et écrivains, mais ils ne supportaient plus la dureté de la condition ouvrière. Alors, ils aidèrent les travailleurs à créer les premiers syndicats et, par des conférences, des tracts, des articles et des livres, ils se piquèrent même de vouloir éduquer le peuple. Oloron – 1913 – Une jeunesse, turbulente mais pacifiste, qui s’oppose maintenant au président du Conseil Louis Barthou, lequel, voyant venir la guerre, propose de porter le service militaire de 2 à 3 ans. Oloron – 1914 – Une belle jeunesse patriote qui, au mois d’août, partira sans état d’âme combattre l’envahisseur et qui trop souvent tombera au champ d’honneur. Conférence PLG-la Rep du 22-03-2016   &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

ATELIERS DU LUNDI

Lundi 21 mars  2016 à 18h30  salle du Conseil municipal, mairie d’Oloron Anne Giannerini

Hommage aux hommes forts de la vallée... et à leurs femmes. Dietman 1999, Satoru 2011

Hommage aux hommes forts de la vallée… et à leurs femmes. Dietman 1999, Satoru 2011

Vallée d’Aspe. D’énormes blocs de pierre, parfois posés les uns sur les autres, se dressent à l’entrée du chemin de la Mature. Leurs « yeux » vous fixent. Ils attendent. Poésie, humour, dérision, la sculpture d’Erik Dietman est tout cela à la fois. Mais qui se cache derrière elle ?  A partir de 1990 l’association oloronaise Camino  Chemin d’art contemporain a commencé à installer des sculptures contemporaines sur Oloron puis dans la vallée d’Aspe. En 1992, Erik Dietman, originaire de Suéde mais installé en France depuis très longtemps, a choisi d’installer son oeuvre sur le pont de Sebers, à Borce.   L’atelier vous propose de découvrir ce sculpteur reconnu mais souvent méconnu et de suivre la création, longue et compliquée, de son oeuvre aspoise.

CONFÉRENCE DU MERCREDI

 

16 MARS 2016 à 18h30 – Salle du Conseil municipal
L’évolution des climats au cours des âges et les implications géopolitiques actuelles sur l’eau

Jean-Pierre Baudelet, ingénieur géologue et hydraulicien, ex-Directeur international de la société « Saint-Gobain – PAM » qu’il a représentée au « Conseil Mondial de l’Eau ». Le sujet est abordé par un bref rappel des principaux phénomènes naturels qui sont à l’origine des changements climatiques sur terre. Les données paléogéographiques constatées permettent alors de déduire l’évolution des climats de l’ère primaire à nos jours. Depuis les premières civilisations, nous présenterons les variations climatiques qui ont influencé les grandes migrations humaines, parfois l’anéantissement de certaines civilisations et engendré des périodes de conflits et même des faits historiques. Actuellement, un réchauffement probable et prochain de notre planète est envisagé, menaçant ainsi la disponibilité en eau de certaines régions que nous mentionnerons, amplifiant alors les tensions économiques déjà existantes quant à ce besoin vital pour l’homme. &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

ATELIERS DU LUNDI

Lundi 14 mars à 18h30  salle du Conseil municipal, mairie d’Oloron

 Les caprices, Francisco Goya

39-Museo_del_Prado_-_Goya_-_Caprichos_-_No._39_-_Asta_su_Abuelo1799 – Madrid. Un âne en costume, assis sur une chaise, feuillette son arbre généalogique. Goya, premier peintre de la cour du roi d’Espagne, délaisse ses pinceaux pour le ciseau du graveur. L’artiste émerge dans toute sa critique, sa douleur, sa modernité. Pour préparer l’atelierLa totalité des 80 estampes du Musée du Prado

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

CONFÉRENCE DU MERCREDI

 9 MARS 2016  à 18h30 – Salle du Conseil municipal « L’eau virtuelle » : une évaluation pourtant bien réelle de l’eau nécessaire pour nos productions agricoles et industrielles. Jean-Marie Fritsch, hydrologue, directeur de recherche émérite de l’IRD (Institut de Recherche pour le Développement). Ex-responsable d’une unité de recherche sur les grands bassins fluviaux du Brésil, d’Afrique et d’Asie du Sud-Est. Au siècle dernier, les enseignants qui désiraient sensibiliser leurs jeunes élèves à l’importance de l’eau disaient : « 60% du poids de votre corps est constitué par de l’eau et votre cerveau, qui vous permet de comprendre et de retenir ce que je vous dis, c’est de l’eau à 80%. ». Aujourd’hui, les élèves entendent que pour obtenir 1 kilogramme de steak, il faut utiliser 14 000 litres d’eau. L’écart est vertigineux ! Dans le premier cas, on parlait d’eau de composition de la matière vivante, dans le second cas de la quantité d’eau nécessaire pour l’obtenir. La conférence présentera l’historique de ce concept d’eau virtuelle, aujourd’hui systématisé en empreinte eau (concept un peu analogue au « bilan carbone »), sa méthode d’évaluation et les interprétations pertinentes et potentiellement abusives de cet indicateur aux échelles globale et locale. Enfin, on montrera les multiples et parfois surprenantes facettes de l’empreinte-eau de la France. &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

ATELIERS DU LUNDI

4 – HISTOIRE DE L’ART

Lundi 7 mars 2016 à 18h30  salle L. Barthou, mairie d’Oloron

La Madone del Parto, Piero della Francesca

Anne Giannerini, historienne de l’art Madonna restaurée1450-Ombrie. Une Madone, enceinte jusqu’aux yeux, présente son « ventre glorieux » à la vénération des fidèles. Tout à la fois sacrée et profane, savante et populaire, cette fresque de Piero della Francesca va bien au-delà de la simple vision de la Vierge enceinte. 2 liens à suivre pour la mise en bouche :  la Madonne del Parto sur You Tube et un texte d’Anne-Marie Garat

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

 

CONFÉRENCE DU MERCREDI

2 mars 2016 18h30 salle du Conseil municipal, mairie d’Oloron

Francis Jammes : portraits et caricatures

Jacques Le Gall, universitaire et écrivain

Francis Jammes est un vrai et grand poète. Parfaitement oublié, alors qu’au tournant des XIXème et XXème siècles, il a révolutionné la poésie de langue française. Au mieux ou au pire, on se rappelle vaguement son poème sur « l’âne si doux » ou que Brassens a mis en chanson quelques vers d’« Agonie ». On ignore trop souvent qu’il fut aussi un magnifique prosateur. Qu’un Proust, par exemple, connaissait par cœur nombre de pages des Mémoires composés dans les années vingt.

 Ce prosateur resta toujours poète, même quand il laissa libre cours à sa verve d’humoriste et d’ironiste à la Swift. Pourquoi se priverait-on de pouvoir sourire et méditer avec un écrivain sur qui viennent d’ailleurs de voir le jour une substantielle exposition numérique (http://francis-jammes.pireneas.fr/) et, publiés à Bordeaux par les éditions Le Festin,  deux livres (Pipe, chien et Francis Jammes. Promenades bordelaises?

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

CONFÉRENCE DU MERCREDI

10 février 2016, 18h30 salle du Conseil municipal, mairie d’Oloron

Film : 778, La chanson de Roland

Film-documentaire réalisé par Olivier Van der Zée, 78mn, 2011. Ce documentaire propose une recherche historique et archéologique. Un voyage de 1 200 ans dans le passé, en quête des origines et de la signification d’une des oeuvres littéraires les plus anciennes et connues de la culture européenne. Chaque année, depuis de nombreuses décennies, des centaines de milliers d’élèves de l’enseignement secondaire de toute l’Europe étudient « La Chanson de Roland », la chanson de geste qui constitue la référence écrite la plus ancienne de la littérature civile européenne. La bataille de Roncevaux fut la seule défaite militaire de l’armée franque, commandée personnellement par l’Empereur Charlemagne, le 15 Août 778, sur le versant sud des Pyrénées occidentales. Cependant, aujourd’hui, les historiens reviennent sur ce qu’il s’est vraiment passé. Pourquoi la bataille continue-t-elle de susciter un intérêt historique ? Par où est passé Roland ? Par Roncevaux comme le pense le professeur navarrais José Maria Jimeno ? Par Siresa, Echo et le col de Pau comme semblent le confirmer les fouilles archéologiques du professeur aragonais Antonio Ubieto ? De très belles scènes de la bataille sont habilement reconstituées par le metteur en scène qui vit aujourd’hui au Pays Basque.

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

ATELIERS DU LUNDI

3 – L’HABITAT

Lundi 8 et 29 février 2016 à 18h30  salle L. Barthou, mairie d’Oloron

La rénovation thermique et le confort des bâtiments avant et après 1948.

Jean-Marc Gary, ingénieur thermicien du bâtiment, gérant d’un bureau d’études thermiques, formateur à l’école d’Avignon et à l’école ISABTP d’Anglet.

La conférence, le 4 mars 2015, de l’architecte du patrimoine Etienne Lavigne sur l’Urbanisme oloronais avait suscité de très nombreuses questions sur l’isolation, la climatisation, l’humidité… des maisons. Cela nous a amenés à contacter un ingénieur thermicien du bâtiment pour approfondir tous ces sujets Les principes bioclimatiques, le fonctionnement hygrothermique des murs des bâtiments anciens, les techniques d’isolation, de ventilation et de chauffage adaptées aux bâtiments anciens. Les spécificités des bâtiments du secteur d’Oloron. Les toitures aménagées confortables en hiver et en été. La climatisation naturelle en été. Les énergies renouvelables adaptées aux maisons individuelles.

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

LES SEANCES DU JEUDI

Cinéma Le Luxor 

Jeudi 4 février 2016

17h30 – La sapienza (104 mn, France-Italie, 2015)

Réalisé par Eugène Green. Genre : drame. Avec Fabrizio Rongione, Christelle Prot. Alexandre Schmid est un architecte brillant mais en panne d’inspiration. Il part en Italie pour y trouver un renouveau artistique et spirituel. Il veut y étudier l’oeuvre de l’architecte Francesco Borromini qui fut le rival de Bernini. Il est accompagné par sa femme Aliénor, dégoûtée par la grossièreté de la société et triste du manque de passion et de communication dans son couple. A Stresa, sur le Lac Majeur, ils croisent sur leur route Goffredo qui se lance dans des études d’architecture et sa soeur, la fragile Lavinia. Cette rencontre bouleverse leurs plans… « Outre son point de vue enrichissant sur l’architecture, le film, pénétré par la musique éthérée de Monteverdi, procure les mêmes effets qu’une cure de rajeunissement. Synonyme, ici, d’un autre mot que l’auteur affectionne : « renaissance ». Jacques Morice Telérama TT. « A ne pas manquer » Le Monde. Le site du film

à 21h – Prima della Rivoluzione (115 mn, Italie, 1964)

Réalisé par Bernardo Bertolucci. Genre : drame, romance. Avec Adriano Asti, Francesco Barilli. Musique Ennio Moricone, Gino Paoli. Fabrizio, digne représentant de la haute bourgeoisie de Parme, vient de rompre avec Clelia. Influencé par l’un de ses amis, l’instituteur Cesare, il se laisse tenter par les idées marxistes. Agostino, un jeune homme qui s’est enfui de chez ses parents, recherche l’amitié de Fabrizio. Mais ce dernier ne peut l’héberger, car sa tante, Gina, vient lui rendre visite. Créature névrosée entourée d’amants, Gina parvient à le séduire… « Prima della rivoluzione, de Bernardo Bertolucci, est un film admirable ; un film qui par sa sensibilité et son intelligence nous atteint au meilleur de nous-mêmes ; un film qui sait être frémissant, chaleureux, déchirant et cruel. Prima della rivoluzione est, en fait, un film à la première personne, et certaines scènes, celles de la fin surtout sont poignantes comme des aveux. C’est très beau et très émouvant ». Le Monde &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

CONFÉRENCE DU MERCREDI

3 février 2016, 18h30 salle du Conseil municipal, mairie d’Oloron

L’eau énergie : l’hydroélectricité en vallée d’Aspe et bassin d’Oloron

André Delcor et Christophe Lespiau, chefs des groupements d’usines EDF. De temps immémoriaux, l’eau actionnait sur place moulins, foulons, forges, martinets et autres usines… L’électricité, énergie très commodément distribuée par de simples fils, a permis de relier de multiples lieux d’utilisation à une usine de production, dite centrale. Les centrales mues par la force de l’eau sont de plusieurs types : au fil de l’eau, de lac, de basse chute, de haute chute… Les installations hydroélectriques de la vallée d’Aspe gérées par EDF, qui utilisent plusieurs fois les eaux, depuis le lac d’Estaëns jusqu’à Baigts, sont expliquées sous leurs aspects historique, technique, mode d’exploitation, économie, emploi… L’avenir de l’hydroélectricité, les impacts environnementaux, le multiusage de l’eau et l’intégration de cette activité industrielle dans la vie locale sont illustrés par de petits films et diaporamas faits pour déclencher un échange en questions-réponses. &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

ATELIERS DU LUNDI

Biodiversité

Lundi 1er février 2016 à 18h30  salle L. Barthou, mairie d’Oloron

F – L’eau de la ville d’Oloron Sainte-Marie 

Jean-Pierre Hauron, services techniques municipaux. « Eau courante à tous les étages » voilà une mention tombée en désuétude, tant il nous est naturel de ne plus remplir nos cruches et herrades au puits ou à la fontaine, de ne plus faire la lessive au lavoir… Mais depuis quand un réseau d’adduction d’eau potable existe-t-il dans la ville d’Oloron ? Comment est-il constitué et comment fonctionne-t-il ? D’où vient l’eau ? Est-elle une marchandise comme une autre ? Comment contrôle-t-on et assure-t-on sa qualité ? Quelles sont les quantités distribuées ? Sont -elles suffisantes et y a-t-il un risque de pénuries liées au changement climatique ? Y a-t-il beaucoup de fuites dans le réseau ?… Les schémas présentés, les explications sur les services et syndicats qui interviennent, nous permettront de discuter avec un praticien pour comprendre le système de gestion de l’eau potable, plus complexe qu’il n’y paraît. La collecte et le traitement des eaux usées seront brièvement évoqués, pour préparer une visite des installations. &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

CONFÉRENCE DU MERCREDI

27 janvier 2016, 18h30 salle du Conseil municipal, mairie d’Oloron

Le sac de Rome 1527

Fabienne Coudin, Fréderic Bidouze, docteurs en histoire, chargés de cours à l’université de Pau et auteurs de l’ouvrage « Le sac de Rome ».

Cet itinéraire historique nous permet de courir derrière les soldats de Charles Quint qui déferlent sur Rome après leur victoire de Pavie contre les Français de François 1er. Les conférenciers restituent le contexte de ces années 1520- 1527, la Rome impie, la « Babylone de tous les vices » ce qui alourdit l’atmosphère malgré les magnifiques chantiers entrepris. Le trajet part de la place de la Basilique Saint Pierre, sans son dôme, sans sa façade, sans les travaux du Bernin…. Les tombeaux des papes sont profanés, les chambres peintes par Raphaël occupées par la soldatesque ; le feu ravage les appartements pontificaux. Pendant ce mois, Rome est systématiquement mise à sac, rançonnée, humiliée, suppliciée. Ces soldats luthériens dans leur violence destructrice, sont alors confrontés à la beauté de ces fresques toutes fraîches, aux inspirations mythologiques, païennes, qui les répugnent tant. Alors ils font des graffitis… Ce sac met un coup d’arrêt aux chantiers urbains de la Renaissance romaine… Un éclairage érudit et passionnant sur un épisode oublié qui fit aussi plus de 10 000 victimes.

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

ATELIERS DU LUNDI

Biodiversité

Lundi 25 janvier 2016 à 18h30  salle L. Barthou, mairie d’Oloron

E – L’eau des cabanes d’estives : sa mise aux normes modernise la vie pastorale.

Didier Hervé, directeur de l’Institution Patrimoniale du Haut Béarn et Elizabeth Joantauzy, chargée de mission.

Les meilleurs fromages sont fabriqués en estive. Certes, on ne fait pas le fromage avec de l’eau… mais il faut des instruments bien propres, nettoyés avec de l’eau de qualité. En 1998, une obligation européenne de sécurité alimentaire normalise les ateliers de fabrication de fromages. Elle est exigeante sur l’absence de bactéries dans les eaux utilisées pour ce nettoyage. On fait donc des analyses… Catastrophe ! Moins du quart des cabanes fromagères ont une eau sanitairement acceptable… Certaines n’ont même pas d’eau courante. La vie pastorale traditionnelle est elle condamnée à disparaître ? Le contraire se produit. En 2003 l’IPHB organise un Service d’Assistance Technique à la Qualité de l’Eau en Estive, qui mène un programme de modernisation des conditions de travail et de vie en estive, bien au delà de la qualité des eaux.

Aujourd’hui, sur 130 cabanes concernées, on fabrique chaque été 300 tonnes de fromages d’estive et 62 sont assez confortables pour être habitées par un couple ou une famille. Ce renouveau de la vie pastorale est l’avenir des écosystèmes liés aux paysages semi-naturels… et du bon fromage du pays qui accompagne si bien le vin : grâce à l’eau !

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

CONFÉRENCE DU MERCREDI

20 janvier 2016, 18h30 salle du Conseil municipal, mairie d’Oloron

Eau pure, engrais naturels et quarante ans d’essais dans mon potager

Jean-Marie Lespinasse, jardinier, ingénieur d’études INRA en retraite. Les habitués des voyages de Trait-d’Union l’ont vu en Espagne: no huerta sin regadío (pas de potager sans système d’irrigation). La gestion de l’eau est primordiale, mais n’est qu’un aspect de l’art jardinier. Qui n’a rêvé de savoureux légumes exempts de produits chimiques pour sa famille et ses amis ? Très connu en Aquitaine et auteur du manuel pratique « Le jardin naturel», Jean- Marie Lespinasse a patiemment et astucieusement mis au point un système autosuffisant de cultures sur buttes créant un sol vivant, basé sur la stimulation des capacités naturelles des plantes à se nourrir et à se protéger de leurs parasites, par un mélange de plantes qui les désorientent et les indisposent. L’utilisation du bois raméal fragmenté, du lombricompostage et de la récupération des eaux de pluie sont poussés à un grand raffinement dans son jardin girondin souvent visité. &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

ATELIERS DU LUNDI

Biodiversité

Lundi 18 janvier  2016 18H30  salle L. Barthou, mairie d’Oloron

D – L’eau, source de vie ou de conflit

Serge Avignon, Officier d’Etat-major chargé des problèmes d’eau durant l’engagement de la France au Koweit. Hydrobiologiste, chargé de cours à l’UFR de sciences de l’UPPA. La question de l’eau est un exemple de l’instrumentalisation des facteurs géographiques au service de préoccupations géopolitiques. Deux fleuves sur trois, soit plus de 250 dans le monde drainant près de la moitié de la planète, sont partagés entre deux ou plusieurs pays ; deux personnes sur cinq vivent et dépendent de l’eau de ces fleuves ; trois pays sur quatre partagent la même eau avec les pays voisins dont un sur six reçoit jusqu’à plus de la moitié de son eau de pays situés en amont. L’eau ne connaît pas les tracés de frontières fixés par les Etats, elle est transnationale, transfrontalière. L’équation entre la disponibilité, l’accessibilité, et les besoins devient chaque jour plus difficile à résoudre car son utilisation par certains Etats qu’elle traverse n’est pas acceptée par d’autres situés sur le même fleuve. L’entente entre riverains devient rapidement impossible et l’eau devient alors un objet de farouche convoitise. &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

LES SEANCES DU JEUDI

Cinéma Le Luxor 

Jeudi 14 janvier 2016

17h30 – Mariage à l’italienne (102 mn, Italie, 1964)32409

Réalisé par Vittorio de Sica. Genre : comédie dramatique. Avec Sophia Loren, Marcello Mastroiani. Héritier d’une pâtisserie, Domenico Soriano s’est lié avec une prostituée, Filumena, qu’il a connue alors qu’elle n’avait que 17 ans. Après lui avoir rendu visite régulièrement dans une maison close, il l’a installée chez lui. Filumena s’est passionnément attachée à Domenico, mais celui-ci, honteux des modestes origines de sa maîtresse, repousse sans cesse la réalisation de ses promesses de mariage. Un jour, Filumena feint de tomber gravement malade. Domenico consent à l’épouser sur ce qu’il pense être son lit de mort. Mais ce n’est qu’une ruse et la jeune femme se relève le lendemain, en pleine forme. Domenico jure alors de se venger… « Mastroianni est un délicieux fils de famille veule, paresseux et égocentrique. Quant à Sophia Loren, prostituée repentante et maternelle, fille du peuple aux mœurs libres mais au cœur de grande dame, elle est éblouissante ». Gérard Camy Télérama TT

Bande annonce du film en VO

21h – Leopardi, il giovane favoloso (135 mn, Italie, 2014)leopardi

Réalisé par Mario Martone. Genre : biopic. Avec Elio Germano, Michele Riondino, Anna Mouglalis. Italie. XIXe siècle. Giacomo Leopardi est un enfant prodige. Issu d’une famille aristocratique, il grandit sous le regard implacable de son père. Contraint aux études dans l’immense bibliothèque familiale, il s’évade dans l’écriture et la poésie. En Europe, le monde change, les révolutions éclatent et Giacomo se libère du joug de son père ultraconservateur. Génie malheureux, ironique et rebelle, il deviendra, à côté de Dante, le plus célèbre poète italien. « Disons-le tout de suite : ces deux-heures et quart sont un émerveillement pour les yeux et pour l’esprit ». Le Monde

Bande annonce du film   &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

CONFÉRENCE DU MERCREDI

13 janvier 2016, 18h30 salle du Conseil municipal, mairie d’Oloron

Les origines de la vie

Claude Chambu, docteur en science, ingénieur,ancien directeur du centre de recherches de Lacq.

4_30

La Terre, vieille de 4,5 Ga (milliards d’années) s’est constituée de débris d’étoiles contenant tous les atomes présents de nos jours. La science donne des faits et des hypothèses sur les mécanismes qui ont permis d’organiser certains de ces atomes en ensembles possédant les caractéristiques fondamentales d’un organisme vivant : individualisation dans l’espace, métabolisme pour survivre et aptitude à se reproduire. La conférence explique ces mécanismes : 1 – chimie « naturelle » conduisant aux quelques molécules communes à tous les êtres vivants (1,5 Ga). 2 – Combinaison de ces molécules en une première cellule vivante. 3 – Evolution de cette cellule « premier ancêtre commun à tout le vivant » vers des cellules plus complexes (2,5 Ga). 4 – Association de ces cellules en organismes pluricellulaires (4 Ga). 5 – Extraordinaire accélération, (en 0,5 Ga), de l’Evolution darwinienne qui a conduit, entre autres, aux primates : lémuriens, australopithèques… et Homo sapiens. &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

ATELIERS DU LUNDI

Biodiversité

Lundi 11 janvier 2016 18H30  salle L. Barthou, mairie d’Oloron

C – L’eau, facteur limitant de la production agricole : l’irrigation du maïs

Annie Lacazedieu, agrégée de Sciences de la Terre. Les plantes évaporent 90% de l’eau qu’elles ont absorbée par les racines. C’est indispensable à la croissance des végétaux aériens. Le maïs n’échappe pas à cette règle. Or, parmi les grandes cultures qui alimentent le monde, il est la seule céréale majeure à croissance estivale : en juillet-août, il exploite l’énergie solaire à son maximum et doit s’approvisionner en eau alors que les réserves des sols et des nappes déclinent. Pour que le maïs produise, il faut donc l’irriguer si les réserves du sol et les pluies sont insuffisantes. Les techniques modernes permettent d’optimiser l’irrigation en fournissant à la plante au bon moment, la quantité d’eau qui évite le stress hydrique. Mais cette pratique fait l’objet de critiques récurrentes, en relation avec les multiples conflits d’usage de l’eau : sont-elles solidement fondées ? Nous en débattrons !   &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

CONFÉRENCE DU MERCREDI

6 janvier 2016 , 18h30 salle du Conseil municipal, mairie d’Oloron

Judaïsme, christianisme, islam : filiations et conflits
Francis Cha, écrivain.

Les rapports entre judaïsme, christianisme et islam ont été dans l’histoire et sont aujourd’hui des enjeux fondamentaux. Les oppositions entre les trois religions ont entraîné, tout au long de l’histoire, discriminations, conversions forcées, gettoïsation, expulsions, répressions, massacres, guerres…. La conférence se propose de présenter ce que ces trois religions ont en commun (un ancêtre commun Abraham ; la croyance en un Dieu unique tout puissant, créateur du ciel et de la terre, dispensateur d’une loi définissant le Bien et le Mal ; l’existence d’un au-delà) mais aussi leurs divergences (leur rapport aux Ecritures ; le regard porté sur Moïse, Jésus, Mahomet ; leur conception de Dieu ; leur point de vue sur les rapports humains). Elle analyse enfin les rapports que chacune des religions a avec l’espace politique contemporain.   &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

ATELIERS DU LUNDI

Biodiversité

Lundi 4 janvier 2016   18H30  salle L. Barthou, mairie d’Oloron

B-L’eau dans sa dimension géologique : sources et nappes phréatiques
Jean-François Leroux et Annie Lacazedieu association Géolval

Quatre-vingt-quinze pour cent de l’eau non gelée se trouve… sous terre ! Une  nappe phréatique est une roche poreuse et perméable (un aquifère)  imbibée d’eau, située à faible profondeur dans le sous-sol. On caractérise des nappes libres et des nappes captives. L’eau des nappes libres circule et se renouvelle en permanence : une nappe est rechargée par les pluies et l’infiltration,  l’eau est extraite de la nappe par évaporation due essentiellement à la végétation, alimente les sources qui initient le réseau hydrographique de surface et s’écoule vers les cours d’eau. Ainsi, les nappes sont essentielles au fonctionnement du cycle de l’eau. Le bon état des nappes est essentiel pour assurer l’équilibre des écosystèmes et permettre l’approvisionnement en eau douce de populations humaines. Une maquette de nappe phréatique sera utilisée  au cours de l’atelier, afin d’en modéliser le fonctionnement.  &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

CONFÉRENCE DU MERCREDI

16 décembre 2015, 18h30 salle du Conseil municipal, mairie d’Oloron

L’eau… solide ! Les glaciers des Pyrénées face au réchauffement climatique Pierre René, accompagnateur en montagne et glaciologue.Pierre René

Les Pyrénées abritent aujourd’hui une trentaine de glaciers. Ils se localisent, pour la plupart, sur les flancs nord des plus hauts sommets. On trouve davantage de glaciers côté français, mais leur étendue est supérieure en Espagne. Le suivi glaciologique, organisé de part et d’autre de la chaîne, met en évidence un état de déséquilibre des glaciers. En effet, leurs pertes récentes de surface et d’épaisseur sont considérables. Au regard des conditions climatiques actuelles et des prévisions annoncées, l’existence des glaciers pyrénéens est particulièrement menacée. La conférence fera vivre le contenu du livre « Glaciers des Pyrénées » que Pierre René a fait paraître aux éditions Moraine, avec le soutien du Parc National des Pyrénées.

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

ATELIERS DU LUNDI

Lundi 14 décembre 2015 18H30  salle L. Barthou, mairie d’Oloron

2 – LA BIODIVERSITE

Animateur : Claude Berducou, ex-maître de conférences à l’Ecole Nationale Supérieure Agronomique de Toulouse. Selon le choix des participants lors de la « conférence annuelle des auditeurs », le thème autour duquel s’articulent cette saison les ateliers et conférences relevant du chapitre Biodiversité est l’eau et ses usages. A – L’eau, molécule vitale et élément symbolique

Le gave d'aspe à Oloron. Photo :PLG

Le gave d’aspe à Oloron. Photo :PLG

Claude Berducou, toxophile matérialiste et Jean-Michel Pic, toxophile symboliste. L’eau serait apparue sur terre il y a 4 milliards d’années et son volume resté constant. La vie y est apparue il y a 3 milliards d’années et s’y est diversifiée. Il n’y a que 400 millions d’années que la vie s’est adaptée au milieu terrestre, sans pouvoir se passer d’eau. Claude Berducou en évoquera les raisons physiologiques. Mais l’eau n’est pas qu’un besoin organique. Elle nourrit des symboliques puissantes et contradictoires. Le miroir de la fontaine ouvre l’imagination, invite à la nudité innocente, avale pour mieux ressourcer… L’ablution, le goupillon, les cures balnéaires et l’eau potable des toilettes montrent à quel point elle jouit de vertus purificatrices. La sensibilité personnelle de Jean-Michel Pic nous donnera peut-être la clé cachée de certaines pratiques sociales et géopolitiques vis-à-vis de cette ressource naturelle limitée. Les différents ateliers et les conférences de ce cycle sur l’eau et ses usages seront ensuite présentés.

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

9 décembre 2015, 18h30 salle du Conseil municipal, mairie d’Oloron

Film : Abd el-Kader  au château de Pau l’exil et le divin Documentaire réalisé par Florida Sadki, 52 mn. Présentation Pierre-Louis Giannerini

Abd el Kader à Pau en 1848

Abd el Kader à Pau en 1848

Deux comédiens en quête d’un personnage de théâtre partent sur les traces de l’émir Abd el-Kader, lors de son exil au château de Pau, du 29 avril au 2 novembre 1848. Libérateur en captivité quelques mois, il a su par sa dignité et pugnacité inspirer le respect à ceux qui l’ont approché au cours de sa captivité à Pau. Ils sont évoqués par Paul Mironneau, gestionnaire du château de Pau, par l’historien Ahmed Bouyerdene et par l’ancien archevêque d’Alger Henri Teissier. Les deux comédiens tentent une lecture contemporaine du personnage et en découvre toute la complexité, sa spiritualité et son humanisme. &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&& 2 décembre :  Va-et-vient Béarn-Argentine Les émigrés béarnais à travers deux aspects de leur histoire : le retour sur ses racines d’une jeune Argentine, court métrage de Dominique Gauthier « La traversée de la Mar Grana » présenté par Agnès Lanusse et l’insoumission en 1914-1918 à partir de l’exemple du village de Lucq-de-Béarn et de lettres d’émigrés, exposés par Daniel Bourrouilh  et Ariane Bruneton. &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

LES SEANCES DU JEUDI

Cinéma Le Luxor 

Jeudi 3 décembre 2015

17h30 – Film : Viva la liberta, 94mn, Italie, 2013

 La bande annonce Réalisé par Roberto Ando. Genre : Comedie. Avec Toni Servillo, Valeria Bruni-Tedeschi. Enrico Oliveri, secrétaire général du parti de l’opposition est inquiet : les sondages le donnent perdant. Un soir, il disparaît brusquement laissant une note laconique. C’est la panique au sein du parti, tout le monde s’interroge pour essayer de comprendre les raisons de sa fuite pendant que son conseiller Andrea Bottini et sa femme Anna se creusent la tête pour trouver une solution. C’est Anna qui évoque en premier le nom du frère jumeau du secrétaire général, Giovanni Ernani, un philosophe de génie, atteint de dépression bipolaire. Andrea décide de le rencontrer et élabore un plan dangereux…  « Ce film jubilatoire, ironique et chaleureux est un éloge de la folie d’une veine toute érasmienne. Cela aurait pu être un chef-d’œuvre si l’intrigue parisienne avec la quête de sens du politicien repenti et la réflexion sur la gémellité ne cassait le rythme de la parabole politique » (Libération) Entracte repas : il faut obligatoirement s’inscrire au plus tard deux jours avant les séquences au  05 59 39 79 18 ou traitdunion.patrimoine@orange.fr

 21h15 – Film :  Rocco et ses frères, 180mn, Italie, 1960, version restaurée 2014

Pour vous mettre dans l’ambiance la musique du film Réalisé par Luchino Visconti. Genre : comédie, drame. Avec Alain Delon, Annie Girardot, Renato Salvatori. Fuyant la misère, Rosaria et ses quatre fils quittent l’Italie du Sud pour Milan où vit déjà l’aîné Vincenzo. Chacun tente de s’en sortir à sa façon. Mais l’harmonie familiale est rapidement brisée : Rocco et Simone sont tous les deux amoureux d’une jeune prostituée, Nadia. «  Le film ressort en salle dans sa version intégrale somptueusement restaurée : il avait subi de nombreuses coupes, dues pour certaines à la censure. Un drame d’une violence paroxystique illuminé par Alain Delon et Annie Girardot ». (Le Monde). Prix spécial du jury au festival de Venise 1960.  &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

25 novembre  2015:  Sale temps sur la planète : Aquitaine, quelques degrés plus tard

Film-documentaire produit par Antipode, réalisé par Morad Ait Habbouche et Hervé Corbière (52 minutes) sale-temps-pour-la-planete_10906045_1A quelques degrés près, quel serait le nouveau visage de l’Aquitaine ? Le recul de la côte girondine est de l’ordre de plusieurs mètres (8 dans certains endroits) par an et les blockhaus du mur de l’Atlantique se retrouvent au large, submergés. Les incendies se multiplient comme les tempêtes et les canicules (2003, 2015). Plus au sud de la région, il y a moins de neige et à Gourette, la couche neigeuse naturelle doit, de plus en plus, être remplacée par de la neige artificielle. La Pierre-Saint-Martin perd chaque année 1cm de neige naturelle… Les guides de montagne le certifient, bien que les climatologues de Météo France attendent encore quelques années pour valider les tendances observées. Les chiffres sont édifiants, en 150 ans, les glaciers auraient perdu près de 90% de leur volume… Franck D’Amico, maître de conférence à l’université de Pau, répondra aux questions sur l’Aquitaine de demain. Il fait partie du comité scientifique « changement climatique en Aquitaine », du conseil scientifique « gestion et impacts du changement climatique ». Sous la direction d’Hervé le Treut  il a participé à l’étude et au livre « Les impacts du changement climatique en Aquitaine ». &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

ATELIERS DU LUNDI

18H30  salle L. Barthou, mairie d’Oloron

1-DES ARCHIVES A L’HISTOIRE Les deux premières séances seront animées par Martine Cheniaux, historienne, la troisième par Daniel Bourrouilh, professeur d’histoire et géographie. 

23 novembre  2015 : Les cagots au XVIIIe siècle

En pleine Révolution, un officier envoyé dans le département des Basses-Pyrénées s’intéresse aux Cagots et plus particulièrement à ceux de Saint-Jean-de-Luz. Il met cette population en parallèle avec d’autres populations européennes et en fait une description précise tant sur leur physique que sur leurs habitudes, leurs occupations mais aussi l’ostracisme dont ils sont toujours victimes. Un document d’autant plus intéressant qu’il est fait par un témoin direct, neutre mais doublé d’un historien.

 30 novembre  : Le peuple basque au XIXe siècle

A travers une étude menée sur Saint-Jean-Pied-de-Port, l’auteur nous livre un point de vue intéressant sur l’histoire du peuple basque, son évolution, ses coutumes, ses ressources et même quelques perspectives d’avenir… qui ne se concrétisèrent pas !

7 décembre 2015 : Oloronais et Haut-Béarnais en Espagne du XVIe au XVIIIe siècle

Qu’est-ce que l’Histoire sinon la rencontre entre Hier et Aujourd’hui ? Nous partirons à la recherche des femmes et des hommes ayant quitté, du XVIe au XVIIIe siècle, Oloron et le Haut-Béarn pour accomplir leur destinée dans l’Espagne de cette époque. Oubliés ici, inconnus là-bas, leur mémoire dort pourtant, des siècles plus tard, dans les cabinets d’archives et sur les pages d’antiques registres à peine jaunis. Nous irons la réveiller à l’Archivo Notarial de Aragon, à Saragosse ainsi qu’à l’Archivo del Reino, à Valence.

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

18 novembre 2015 : Une balade de plus de 2000 ans, une histoire de nourritures et de cuisines

Yves Pinard, restaurateur et écrivain d’art. Yves Pinard alors restaurateur à l’enseigne « le Grand Louvre » se découvrit une vocation parallèle d’écrivain d’art au contact des oeuvres du musée. Il en résulte plusieurs ouvrages et des émissions de télévision. Son Plaisirs de la Table est préfacé par Paul Bocuse qui note : « Le peintre et le cuisinier n’ont-ils pas chacun leur atelier, donc de vraies affinités ? »

Floris van Schooten, peinture hollandaise, 17e siècle, Musée du Louvre

Floris van Schooten, peinture hollandaise, 17e siècle, Musée du Louvre

La faim a toujours été le moteur de l’humanité qui, en recherchant sa nourriture depuis la nuit des temps, a tracé les chemins de la connaissance à travers le monde… Autour de l’aliment puis de la table, se sont construites des civilisations, perpétrés des crimes et des réglementations, affrontés des empires et des habitudes et enfin se sont partagés des savoirs… En marge des affaires politiques, la présence des Médicis à la cour de France nous imposant leurs manières de table et nous offrant le savoir de leurs chefs, puis les divers gouvernements lors d’échanges et de rencontres avec leurs homologues étrangers, ont beaucoup influencé nos habitudes culinaires. Aujourd’hui, dictée et soumise aux modes de vie d’une société avide de nouveautés, notre cuisine conjugue différemment ses qualités, elle assure toujours son embellie grâce à des chefs talentueux mais s’abandonne trop souvent aux mains d’acteurs dénués de tout souci gustatif…  Le conférencier vous proposera une balade gourmande dans le décor savoureux des cuisines et des tableaux..